La deuxième saison de «La casa de papel» a été diffusée à partir du 6 avril et, depuis, le concept a même été repris par des fast-foods. Illustration
La deuxième saison de «La casa de papel» a été diffusée à partir du 6 avril et, depuis, le concept a même été repris par des fast-foods. Illustration — Atresmedia

ALIMENTATION

Strasbourg: La casa de falfel, un nouveau fast-food veut miser sur la série à succès de Netflix

La série à succès de Netflix «La casa de papel» inspire désormais des concepts de restauration. A Strasbourg, La casa de falfel livrerait même des tacos la nuit depuis mi-mai avec le masque et la combinaison...

  • En attendant la saison 3 de la série de Netflix, des nouveaux restaurants de fast-food français commencent à décliner le concept de «La casa de papel».
  • A Strasbourg, un jeune de 26 ans a lancé mi-mai La casa de falfel, avec des tacos aux noms des protagonistes et une livraison également adaptée.

Il y a d’abord eu les reprises à tout va de «Bella Ciao». Puis les utilisations intempestives du masque de Dali. Mais celle-là, El Professor ne l’avait probablement pas vue venir. Voilà maintenant que son groupe de cambrioleurs de la Fabrique espagnole de la monnaie de la série de Netflix « La casa de papel » inspire des concepts de restauration.

Après La casa del burger à Lyon, La casa de falfel vient d’ouvrir à Strasbourg. Chems Eddine, 26 ans, a eu l’idée de ce deuxième détournement culinaire devant la saison 2 de la production dont il ne cache pas être accro. « En même temps, rares sont ceux qui ne sont pas fans », s’amuse ce fils de restaurateur pas en manque d’idées.

Des tacos aux noms des braqueurs de la série

Surfant sur cette vague, l’Alsacien a voulu jouer avec le mot felfel (qui signifie piment en arabe). Avant d’ajouter un « a » pour le clin d’œil aux falafels. Pour finalement proposer sur sa carte de La casa de falfel une liste de… tacos aux doux noms de Tokyo, Rio, Moscou, Berlin ou Denver, les surnoms des principaux braqueurs de la série.

Sans manquer de surprendre comme la série, La casa de falfel n’est pas un fast-food classique. Depuis un local de la plaine des Bouchers, il ne fait que de la livraison, de 21h30 à 4h. Son créateur explique : « J’en avais marre de mal manger la nuit. On est dans une capitale européenne ! Mais ce qui y est proposé la nuit est même insultant. »

Une livraison avec combinaison et masque

Depuis le 16 mai, premier jour du ramadan, Chems Eddine - un peu connu dans le monde du rap strasbourgeois avec le blase Chems Dean - propose ses tacos « au même prix que le jour », sans frais supplémentaire pour l’activité nocturne ni la livraison. Mais à l’image de ses « oignons caramélisés », il vante « un goût unique et des produits frais ».

Entouré d’un ou deux renforts en cuisine, il a recruté plusieurs étudiants pour la livraison effectuée, promet-il, en combinaison rouge et avec un masque, comme les protagonistes du feuilleton. Et ce jusqu’aux limites de l’Eurométropole de Strasbourg. Même à Kehl, en Allemagne. Mais La casa de falfel n’arriverait pas à satisfaire tout le monde :

« En vrai, on est dépassés par les événements. Je reçois même des messages de gens dans d’autres villes, à Metz ou à Grenoble ! »

Avant un vrai restaurant dans un « beau cadre » après la rentrée à Strasbourg, Chems Eddine compte agrandir sa carte de nouveaux tacos avec les noms d’autres personnages. « Il y a de quoi faire dans la série, sourit-il. Jusqu’à Arturo ! » A côté, ce jeune Alsacien veut aussi ouvrir un studio de musique. Pour chanter avec le Professeur et Berlin ?