Strasbourg: Le kiosque de la Neustadt va faire son festival

MUSIQUES La paisible Neustadt va prendre vie avec des concerts en plein air au kiosque de l’emblématique parc du Contades…

Gilles Varela

— 

Le kiosque du parc du Contades, Strasbourg le 18 juin 2018.
Le kiosque du parc du Contades, Strasbourg le 18 juin 2018. — G. Varela / 20 Minutes

Le paisible quartier allemand de Strasbourg, la Neustadt, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, va pouvoir se balancer sur des rythmes de reggae, de jazz, de fanfares…

Dans son écrin, le kiosque du parc du Contades va, pendant tous les dimanches de l’été et jusqu’au 2 septembre, accueillir des musiciens pour des concerts gratuits. L’occasion de redonner vie à ce kiosque où rien ne s’est produit ces 30 dernières années, si ce n’est la première édition de kiosque en musique l’an passé », a souligné Alain Fontanel, premier adjoint au maire.

Le kiosque du parc du Contades, Strasbourg le 18 juin 2018.
Le kiosque du parc du Contades, Strasbourg le 18 juin 2018. - G. Varela / 20 Minutes

Musique pour tous

Jazz, musique classique, variété française, pop rock, polyphonies hébraïques, reggae, brass band avec une trentaine de musiciens aux trombones et tubas… Amateurs et professionnels, écoles de musiques de la ville, tous vont dès le 24 juin occuper le terrain, du moins le kiosque du parc du Contades.

Des concerts familiaux qui devraient faire le bonheur des enfants, des parents mais aussi des séniors, nombreux dans le secteur. Pour Victor, 20 ans, membre du groupe Seamer qui jouera en juillet, « c’est une super occasion pour toucher un public varié, de célébrer la musique dans un endroit à l’acoustique diffuse, pas agressive. »

L’occasion aussi de donner un sens à ce kiosque, datant de 1882 et qui trônait à l’époque place Broglie, avant d’être déplacé, dans le cadre des aménagements de la Neustadt, dix ans plus tard au parc du Contades.

Le kiosque du parc du Contades, Strasbourg le 18 juin 2018.
Le kiosque du parc du Contades, Strasbourg le 18 juin 2018. - G. Varela / 20 Minutes