Strasbourg: Faut-il craindre pour sa santé après l’explosion du silo à grains?

SECURITE L’explosion du silo dans la zone portuaire sud de Strasbourg a généré des débris du toit amianté. Des mesures de précaution ont été mises en place…  

Gilles Varela

— 

Sur le site du Comptoir agricole dans le port du Rhin à Strasbourg, le toit du silo à grains a été soufflé à 9h20, menaçant au passage la tour voisine.
Sur le site du Comptoir agricole dans le port du Rhin à Strasbourg, le toit du silo à grains a été soufflé à 9h20, menaçant au passage la tour voisine. — Document remis / Sdis 67.
  • Un silo à grains a explosé mercredi dans la zone portuaire sud de Strasbourg, entraînant une grande colonne de fumée dans l’atmosphère strasbourgeoise.
  • La question est de savoir si des fibres d’amiante ont été disséminées au-delà du périmètre de sécurité et si cela représente un danger pour la population. 
  • Des mesures de précaution ont été mises en place pour les personnes travaillant dans le secteur.

Une boule de feu, une colonne de fumée noire qui monte haut dans le ciel strasbourgeois. La toiture d’un silo à grains qui contenait de l’amiante est pulvérisée dans l’explosion.

L’accident survenu mercredi à 9h20 dans la zone portuaire sud de Strasbourg et qui a fait quatre blessés dont trois grièvement, peut-il également avoir mis en danger la santé des Strasbourgeois ? Des fibres d’amiante se sont-elles disséminées un peu partout sur l’agglomération ? Quelles ont été les précautions sanitaires ? Pour l’heure, s’il existe une suspicion de présence de fibres d’amiante, il faudra patienter encore 24 heures pour avoir le résultat des mesures qui ont été faites.

S’il y a peu de données disponibles sur la dissémination dans l’air de fibres d’amiante à la suite d’une explosion, il est clair que les conditions climatiques jouent un rôle important. Contacté, Météo France indique qu’au moment de l’accident, le vent était faible, en provenance du nord-est. Si fibres d’amiante dans l’air il y a eu, mais cela reste à confirmer, elles « sont parties » en direction du sud-ouest de l’agglomération. Mais pas de panique. « Même si les fibres d’amiante sont volatiles, les grosses particules sont retombées dans un rayon étroit, explique Valérie Geoffroy, maître de conférences à l’ Unistra. Les toutes petites particules peuvent s’éparpiller un peu plus loin, être portées par le nuage de fumée. Mais les quantités, dans un tel volume d’air, ne peuvent pas être très concentrées. Les fibres d’amiante sont plus dangereuses dans un environnement clos », rassure la chercheuse qui rappelle que c’est une exposition chronique aux fibres qui est dangereuse, pas d’être exposé une fois. »

Des précautions, mais pas de panique

Dans un communiqué, la préfecture a indiqué que l’explosion avait bien généré des débris du toit amianté du silo. Les études menées par la « cellule anticipation » sur site [DREAL, SDIS, expert national silo] ont permis de déterminer un périmètre dans lequel des fibres amiantées ont pu se déposer suite à l’accident. « Ce périmètre a été établi en tenant compte de l’effet de souffle de l’explosion -200 mètres- auquel une distance de sécurité supplémentaire a été ajoutée par précaution. »

Une société spécialisée, membre du réseau des intervenants en situation post-accidentelle (RIPA) a été mandatée pour réaliser des mesures de taux d’amiante dans l’air jusqu’à 1,5 km autour du lieu du sinistre. « La présence de fibres d’amiante a été relevée sur trois points de contrôles sur 12. Sur ces trois points, la concentration de fibres d’amiante est nettement inférieure aux normes édictées par le code de la santé publique » souligne la préfecture.

Les services de l’Etat rappellent aussi que ce secteur n’est pas résidentiel. « Mais par précaution, toutes les sociétés présentes dans le périmètre de sécurité établi ont été contactées afin de mettre à disposition de leurs salariés les mesures d’hygiène utiles comme des douches » permettant de traiter une éventuelle exposition à des fibres.

>> A lire aussi : Ils travaillent sur des bactéries qui mangent l’amiante, une solution bio