Grand Est: Comment les moins de 30 ans vont être aidés pour accéder au logement

EMPLOI La région Grand Est et Action logement veulent faciliter l’accès au logement pour les moins de 30 ans, aussi bien pour faciliter les entrées en formation professionnelle que pour réaliser un stage en entreprise, en apprentissage ou accéder à un premier emploi…

Gilles Varela

— 

Illustration. Chantier d'apprentissage au Neuhof. Le 19 06 07
Illustration. Chantier d'apprentissage au Neuhof. Le 19 06 07 — G . VARELA / 20 MINUTES
  • Une convention entre la région Grand Est et Action logement pour favoriser l’accès aux jeunes de moins de 30 ans vient d’être signée.
  • Cette convention a pour objectif d’éviter que l’accès au logement ne limite l’entrée en formation professionnelle, en stage d’entreprise, en apprentissage.

Ils veulent mettre les bouchées doubles pour que le logement des jeunes de moins de 30 ans ne soit pas un frein à l’emploi, à la formation professionnelle, à l’apprentissage. Aussi, la région Grand Est et Action logement ont signé une convention de partenariat. Une signature en présence de Jean-Louis Borloo, venu pour l’occasion rencontrer des représentants locaux sur la mise en place concrète des mesures du plan annoncé il y a quelques jours sur les quartiers prioritaires mais surtout sur le Plan d’investissement compétences (PIC).

Une présence qui ne doit donc rien au hasard, car, comme l’a rappelé Jean Rottner, président de la région Grand Est, « quand on parle logement, accompagnement professionnel, quand on parle insertion, mobilité, les situations du logement, tout particulièrement pour les jeunes, deviennent essentielles ».

Accès au logement et emploi

Et il faut bien le reconnaître, l’accès au logement reste un obstacle. « Le rapport entre mobilité et accès au logement n’est pas une vue de l’esprit, c’est une réalité tangible, souligne Jean Rottner. De vrais choix de vie sont souvent conditionnés au logement. Bien souvent, suivre une formation loin de son domicile, du foyer familial, peut rapidement devenir un frein qui empêche cette formation professionnelle », soutient l’élu.

Des propos que martèle également Bruno Arcadipane, président d’Action logement groupe qui ajoute : « Plus jamais il ne doit y avoir de choix par défaut : on prend l’employeur qui est à côté, parce que c’est moins cher, car on reste chez ses parents, parce qu’il y a un problème de caution, etc. La mobilité ne doit pas être un problème. » Un indice ? Plus de 10.000 places en apprentissage n’ont pas trouvé preneur dans le Grand Est cette année.

Jean Louis Borloo, Jean Rottner, (Pdt région Grand Est) Damien Sionneau et Bruno Arcadipane (Action Logement) à la Maison de la région à Strasbourg le 04 mai 2018
Jean Louis Borloo, Jean Rottner, (Pdt région Grand Est) Damien Sionneau et Bruno Arcadipane (Action Logement) à la Maison de la région à Strasbourg le 04 mai 2018 - G. Varela / 20 Minutes

De grands engagements, de grandes promesses, des défis à relever, oui mais… Concrètement, il n’a pas été question de financements dans cette convention, ce ne serait pas le problème. Cette dernière devrait permettre essentiellement de consolider le parcours des jeunes via Action logement grâce à la mise en place d’une plateforme numérique dédiée au logement des apprentis et alternants. De favoriser la possibilité pour les jeunes de 16 à 29 ans d’être accompagné dans un certain nombre de difficultés, dans leur parcours résidentiel (caution, garantie locative, accompagnement social). De renforcer la connaissance des professionnels jeunesse sur les différentes aides et favoriser une meilleure coordination entre eux. Et l’enjeu est de taille car dans la région Grand Est, un habitant sur trois a moins de 25 ans, sans oublier que l'âge limite pour l'apprentissage vient d’être repoussé à 30 ans…

>> A lire aussi : Que faire pour que les classes moyennes puissent encore vivre dans Paris?