Strasbourg: Pourquoi faire des livres sur la langue des signes pour les bébés entendants?

EDUCATION On ne le sait pas vraiment, mais la langue des signes pour bébés entendants est pratiquée dans de nombreuses crèches de l’agglomération strasbourgeoise, une pratique venue des Etats-Unis et qui se développe partout en France…

Gilles Varela

— 

Les livrets de langue des signes pour bébé de Noam Sabbah.
Les livrets de langue des signes pour bébé de Noam Sabbah. — G. Varela / 20 Minutes
  • La langue des signes pour bébés (entendants) se développe dans les crèches.
  • Un jeune illustrateur strasbourgeois, passionné par la communication avec la petite enfance, vient d’éditer quatre livrets à l’attention des professionnels mais aussi des parents.

Si votre enfant ne parle pas encore mais fait des signes précis de la main, ne soyez pas surpris. De nombreux bambins apprennent dans les crèches​ la langue des signes pour bébés, même s’ils sont entendants. Une pratique « pour communiquer avant la parole » bien connue aux Etats-Unis depuis 20 ans et que les crèches strasbourgeoises adoptent de plus en plus, souvent à travers des ateliers.

Mais pour l’instant, cette pratique reste surtout du fait du volontariat des équipes des structures d’accueil, car toutes ne se sont pas encore formées à cet exercice, quand d’autres ne sont pas intéressées. « Et il n’existe aucune obligation sur le contenu des projets pédagogiques dans les crèches, souligne Gabriel Willinger, responsable famille et petite enfance à la ville. Nous avons juste une charte qualité, et ce sont bien les équipes qui décident du contenu. »

Des mots du quotidien

Quoi qu’il en soit, les ateliers se multiplient et pour faire une liaison avec les parents, une fois le bébé revenu à la maison, Noam Sabbah, illustrateur et designer graphique strasbourgeois de 23 ans, s’est investi pendant six mois pour sortir quatre livrets, sur les conseils de professionnels de la petite enfance : « Je voulais travailler sur cette façon de développer une communication avec un bébé, de créer des liens un peu plus fort que des bisous et des câlins, assure le jeune illustrateur. Cela permet au bébé de se sentir compris, de développer ses capacités cognitives aussi. »

Des livrets qui ne sont pas en revanche destinés à des bébés sourds ou mal entendants, ces derniers « étant beaucoup plus complets, avec des phrases, de la grammaire. Là, il s’agit de communiquer avec des mots du quotidien par la langue des signes. Ce ne sont que des mots accompagnés d’une gestuelle », souligne Noam Sabbah. « Les parents parlent normalement, mais font un signe en même temps. A force de répétition, c’est finalement le bébé qui va communiquer comme ça ».

Pour Sarah, 28 ans, maman d’un petit garçon d’un an qui pratique la langue des signes pour bébé, ce fut une vraie surprise : « Au début, il ne répétait pas les signes. C’est venu tout d’un coup, au bout de quatre jours, pour me dire encore. Il l’utilise de temps en temps, quand on sent qu’il veut se faire comprendre, on sent que ça l’aide, pour dire des mots du quotidien comme boire, manger, dormir, assure la jeune maman. J’ai même été impressionnée car je l’ai vu adresser un signe à un autre bébé. Il y a moins de frustration et du coup, il ne pleure pas pour se faire comprendre. » Serait-ce là le signe d’une bonne nouvelle ?