VIDEO.Strasbourg : Pourquoi des New-Yorkais retapent la verrière de la gare, après le musée d’Art moderne ?

ART Prenez le train du Pop Art avec un collectif d’artistes new-yorkais qui habillent actuellement la verrière de la gare, après le Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg…

Gilles Varela

— 

Les oeuvres du collectif FAILE, artistes de New-York, sur la gare de Strasbourg et sur l'enceinte du Musée d'art moderne de Strasbourg. Le 25 avril 2018. Lancer le diaporama
Les oeuvres du collectif FAILE, artistes de New-York, sur la gare de Strasbourg et sur l'enceinte du Musée d'art moderne de Strasbourg. Le 25 avril 2018. — G. Varela / 20 Minutes
  • Le Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg (MAMCS) fête ses 20 ans.
  • Des artistes new-yorkais, le collectif Faile, habillent pour l’occasion la verrière de la gare avec une fresque de 1.000 mètres carrés, après avoir déjà investi les façades du musée.

Explosion de couleur à la gare. « Ça déchire, ça pète, c’est beau, c’est cher ? » Voilà en vrac les rapides commentaires lâchés par les voyageurs pressés de prendre leur train en gare de Strasbourg, à la vue de la gigantesque fresque qui est en train de recouvrir sa verrière. Le train de la culture passe en effet par la gare à l’occasion du 20e anniversaire du Musée d’Art Moderne de Strasbourg (MAMCS). Car 20 ans, ce n’est pas rien et la ville a décidé de marquer le coup en invitant un duo internationalement reconnu, Faile, des new-yorkais de Brooklyn. Des artistes qui affectionnent les vastes peintures murales, le street art, habitués des interventions monumentales dans l’espace public comme à la Tate Modern à Londres (2008) Times square à New York (2015).

Pour la verrière de la gare, une fresque Pop Art en couleur, évidemment. Miller et McNeil présente sur 1.000 mètres carrés des collages, des scènes individuelles, pour aboutir à une grande histoire. Intitulé Little by Little, cheval surfer, cowboy, jeune fille rêveuse et date mystère se croisent. Cette œuvre devrait rester jusqu’en décembre prochain. Un tram devrait prochainement être « habillé » par les artistes.

Les oeuvres du collectif FAILE, artistes de New-York, sur la gare de Strasbourg et sur l'enceinte du Musée d'art moderne de Strasbourg. Le 25 avril 2018.
Les oeuvres du collectif FAILE, artistes de New-York, sur la gare de Strasbourg et sur l'enceinte du Musée d'art moderne de Strasbourg. Le 25 avril 2018. - G. Varela / 20 Minutes

Sur les murs du MAMCS aussi

Le duo est également l’auteur des fresques, « From the air we share », qui couvrent les murs d’enceinte du MAMCS depuis quelques jours et ce jusqu’au 19 mai prochain. L’idée était de faire « ping-pong » entre le musée, finalement pas si connu et la gare, empruntée par plus de 18 millions de personnes chaque année, explique-t-on au MAMCS. Ouvrir le musée sur la rue, faire partager l’art au plus grand nombre, telle est l’intention de cette manifestation, baptisée Happy 20. Miller et McNeil, les deux artistes, sont partis d’une poésie écrite lors d’un voyage de reconnaissance à Strasbourg, pour la traduire dans des fresques en noir et blanc.

Les oeuvres du collectif FAILE, artistes de New-York, sur la gare de Strasbourg et sur l'enceinte du Musée d'art moderne de Strasbourg. Le 25 avril 2018.
Les oeuvres du collectif FAILE, artistes de New-York, sur la gare de Strasbourg et sur l'enceinte du Musée d'art moderne de Strasbourg. Le 25 avril 2018. - G. Varela / 20 Minutes

Si certains regrettent que des artistes alsaciens n’aient pas été choisis pour l’évènement, le premier adjoint au maire, Alain Fontanel préfère parler d’ouverture. « D’une autre perception de Strasbourg et d’attractivité pour la ville et mettre à l’honneur d’autres formes de la création contemporaine. » Sans oublier de faire remarquer cependant que les artistes locaux ont la part belle avec le street art sur les murs de tout le quartier gare.

>> A lire aussi : C’est quoi cette rue où des voitures laissent leur place à des terrasses vertes et citoyennes?