Stationnement à Strasbourg: Un nouveau parking lancé d’ici à 2020, et plus encore

STATIONNEMENT En colère, l’association de commerçants Les Vitrines de Strasbourg a rencontré le maire Roland Ries pour l’alerter sur les problèmes de stationnement…

Gilles Varela
— 
Strasbourg le 28 02 2014. Illustration stationnement voiture
Strasbourg le 28 02 2014. Illustration stationnement voiture — Varela
  • Un nouveau parking en ouvrage sera bien construit dans le secteur de République.
  • Satisfaite, l’association des commerçants Les Vitrines de Strasbourg espèrent également bien d’autres avancées concernant le stationnement en ville.

« Une belle avancée, mais il faut aller plus loin » pour résoudre les problèmes de stationnement. C’est en ces termes que Pierre Bardet, directeur de l’association de commerçants « Les Vitrines de Strasbourg », a qualifié sa rencontre avec le maire Roland Ries ce mardi. Voici en effet quelques jours que l’association demandait à être reçue en urgence.

L’objet de la colère : les problèmes de stationnement et tout particulièrement « l’éventuel abandon » d’une promesse électorale faite en 2014, celle d’un important parking en ouvrage aux abords de l’hypercentre. Un parking d’autant plus nécessaire que les places de stationnement auraient, selon l’association, fondu comme neige au soleil, « plus de 500 en dix ans ».

« Une vive opposition de la part des riverains, et j’en prends note »

Une réunion « constructive » à laquelle Roland Ries a pu rassurer Gwenn Bauer et Pierre Bardet, le président et le directeur général des Vitrines. Contacté par 20 Minutes, Roland Ries a confirmé que le projet de l’avenue de la Liberté n’était pas abandonné. « Mais ce dernier a suscité une vive opposition de la part des riverains, et j’en prends note », explique le maire qui reconnaît cependant que le secteur nord Est de la Grand Île manque bien d’un ouvrage.

« Je pensais que débarrasser l’avenue de la Liberté des voitures stationnées en voirie permettrait de mettre en valeur cette partie de Strasbourg, dite la ville impériale. Mais cela présente des inconvénients car il faut prévoir des entrées et des sorties de parking », détaille le maire. « C’est vrai que l’on travaille sur une autre localisation proche, mais dont on ne peut pas encore parler. » Une annonce officielle sera faite lors de l’assemblée générale des Vitrines de Strasbourg en septembre, à la fois sur le lieu et le calendrier. Difficile cependant de ne pas loucher sur le secteur de la Place de l’université…

Stationnement en voirie, courte durée

Si l’association ne remet pas en cause, « bien au contraire », la tendance, comme dans de nombreuses autres villes à la piétonnisation de certaines rues et la limitation du stationnement longue durée en voirie, elle regrette cependant que peu de places de substitutions aient été proposées. L’association explique vouloir faire revenir les habitants de la première et deuxième couronne, avant que ceux-là ne se détournent définitivement vers les grandes surfaces en périphérie, voire sur Internet.

Des difficultés auxquelles s’est ajouté le stationnement payant entre midi et deux, « unanimement contesté » par les commerçants de l’association qui « font remonter l’avis des consommateurs », mais aussi la nouvelle tarification mise en place depuis le 1er janvier 2018… Sur ce point, pas question pour Roland Ries de revenir en arrière et de favoriser grâce à quelques astuces le retour à un stationnement longue durée en voirie. « La voirie, c’est pour la courte durée. Après deux heures, mieux vaut s’orienter sur les parkings en ouvrages », assure le maire.

Un peu de pédagogie

Autres inquiétudes, autres annonces : les difficultés rencontrées par les utilisateurs des nouveaux horodateurs, la pédagogie. Des accompagnements, sous forme de personnes présentes sur les points stratégiques de stationnement devraient être mis prochainement en place par la ville pour aider les usagers.

Il pourrait être également annoncé des mesures de stationnement gratuit dans les parkings en ouvrage, (en dehors de l’ellipse insulaire principalement), sous certaines conditions qui restent à définir (plage horaire, heures creuses), s’avance Gwenn Bauer. Parallèlement, les Vitrines travaillent à l’élaboration d’une sorte de carte de fidélité, de cagnotte, en collaboration avec la ville et la CCI, qui permettrait d’offrir des heures de parkings. Autant le dire, la question du stationnement n’est pas en voie de garage.