Strasbourg: Un grand ramassage de mégots organisé dans le centre-ville samedi après-midi

POLLUTION Après des grands ramassages organisés à Bruxelles et Paris, le centre-ville de Strasbourg sera à son tour ratissé ce samedi après-midi pour enlever de nombreux mégots. Et vous êtes les bienvenus…

Bruno Poussard

— 

Un cendrier rempli de méŽgots de cigarettes. Illustration
Un cendrier rempli de méŽgots de cigarettes. Illustration — Frederic Scheiber/20 Minutes S
  • Après des ramassages à Bruxelles et Paris, le centre de Strasbourg sera à son tour ratissé ce samedi après-midi pour enlever de nombreux mégots.
  • Avec gants et bouteilles en plastique, chacun est d'ailleurs invité à participer avant de rassembler ces milliers de mégots qui seront ensuite recyclés.

À Paris, 23.000 mégots ont été ramassés aux abords du bassin de La Villette, fin mars. Mais la capitale est loin d’être la seule ville concernée par la pollution. En ce début avril, l’association Zéro déchet Strasbourg tient à son tour un grand ramassage en centre-ville ce samedi. Avec gants et bouteilles en plastique, chacun est invité à participer.

« Si on a déjà une centaine de personnes, ça sera très bien », estime Alexandre Dessert, un des organisateurs. Sur un Doodle dédié, une cinquantaine de personnes se sont déjà inscrites. Sur Facebook, plusieurs centaines de personnes se disent intéressées. Au total, les bénévoles craignent, en 1h30 seulement, de rassembler plus de 20.000 mégots jetés.

Un triangle du centre-ville ratissé jusqu’à la place Kléber

Grâce aux partenariats avec Alsace Nature et l’association étudiante Campus Vert ( en pleine semaine de l'environnement), le ramassage débutera depuis trois spots : le parvis de la faculté de droit sur le campus de l’esplanade, celui de la gare centrale et celui de la médiathèque Malraux. Chaque petit groupe suivra un parcours visant à ne pas oublier de rues.

Une fois un grand triangle du centre ratissé à partir de points fréquentés, les participants rejoindront la place Kléber pour 15h30. L’ensemble des mégots seront déversés dans un grand tube en plexiglas gradué afin de les comptabiliser. Avec le soutien, entre autres, de la Ligue contre le cancer et de la ville de Strasbourg, des stands y seront tenus toute l’après-midi.

L’idée venue d’un habitant de Bruxelles, en Belgique

Portée par Zéro déchet Strasbourg qui vient de fêter ses deux ans, l’idée vient d'un Bruxellois qui s’est mis à photographier un personnage à côté d’amas de mégots avant d’initier des ramassages en Belgique. « On ne s’en rend même plus compte, tellement il y en a, regrette Charlotte Scherr, de l’association. Pourtant, ça impacte aussi ceux qui ne fument pas. »

Déchet le plus jeté au monde, le mégot met plus de dix ans à se dégrader. Pis, il contient des substances chimiques qui polluent loin des rues, à cause de l’eau de pluie. « En fumant, on se met en danger soi-même, et on pollue la nappe phréatique », illustre Alexandre Feltz, adjoint au maire chargé de la santé publique et environnementale. Un mégot impacte en fait 500 litres d’eau.

« La santé fait partie du développement durable, le développement durable fait partie de la santé. L’écologie est d’abord humaine. »

Des mégots à faire recycler ailleurs

L’opération veut faire réfléchir et aider à changer les comportements dans un pays qui compte 30 % de fumeurs. « Il faut qu’on se mobilise tous ensemble contre le tabac qui impacte très fortement plusieurs maladies », insiste Alexandre Feltz. La ville a instauré des aires de jeux sans tabac. La Ligue contre le cancer proposera une aide au sevrage via une permanence.

Zéro déchet Strasbourg va dans le même sens. « Le meilleur déchet, c’est celui qui n’existe pas », rappelle Charlotte Scherr. Après avoir ramassé les mégots à Strasbourg, l’association veut les faire recycler ailleurs, meilleure solution actuelle. Des contacts ont été noués avec quelques entreprises françaises. Reste à savoir qui prendra ce coût en charge.