Strasbourg: Quand la réforme du stationnement augmente la rotation des véhicules

SOCIETE Un premier bilan de la réforme du stationnement montrerait que la rotation des véhicules en ville a augmenté…

Gilles Varela

— 

Borne de stationnement. Strasbourg le 21 mars 2018.
Borne de stationnement. Strasbourg le 21 mars 2018. — G. Varela / 20 Minutes
  • La réforme du stationnement a été mise en place en début d’année 2018.
  • Un premier bilan d’étape montrerait que la tendance est à l’augmentation des rotations des véhicules.

Voilà un peu plus d’un mois que la réforme du stationnement en voirie, voulue au plan national, a été réellement mise en place à Strasbourg. L'heure d'un premier bilan d’étape a donc sonné.

Pour rappel, l'objectif de cette réforme était d'améliorer la rotation des véhicules (dans un souci écologique bien sûr) via la disponibilité des places, inciter au stationnement de courte durée - notamment dans les zones sous tension comme l’hypercentre-, remplir les parcs en ouvrages et bien entendu, obliger les usagers à payer leur stationnement au « juste prix, car cela coûte cher à la collectivité », comme le souligne Anne-Pernelle Richardot, adjointe au maire en charge du stationnement.

Le « juste prix »

Cette dernière relève que selon les premiers chiffres disponibles, les infractions ont diminué ou du moins, plus de gens paient leur stationnement : « Depuis la réforme, nous atteignons les 90 % d’usagers qui paient le prix juste », se félicite l’élue, même si ce chiffre semble plus être révélateur d’une tendance que d’une certitude car « il est trop tôt encore pour avoir des certitudes », précise l’élue.

Premier constat aussi : cette réforme ne s’est pas mise en place sans difficultés (mais pouvait-il en être autrement ?). Prises de bec entre élus, pétition sur Internet signée par près de 6.400 usagers, mais aussi des « turbulences » chez les contrôleurs avec une série de démissions. Si agents et direction affirment à présent que les choses rentrent dans l’ordre, notamment grâce à une prime de 100 euros, la société Streeteo, filiale d’Indigo a qui a été confié le contrôle ,n’a toujours pas atteint l’objectif de 21 agents.

>> A lire aussi : Quand vous stationnez, vous êtes observés mais c'est pour la bonne cause

Selon Paul Coiffard, le directeur général de Streeteo, seuls neuf agents (sur les 19 personnes qui composent l’équipe actuelle), sont assermentés, c’est-à-dire en mesure d’éditer les tout nouveau Forfait post stationnement (FPS). Ils contrôleraient 40 à 60 véhicules par heure et deux nouvelles personnes devraient être employées d’ici mai.

5.437 véhicules en défaut de paiement en février

En février, 46.424 contrôles ont été effectués par les nouveaux agents. Sur ces contrôles, 5.437 véhicules étaient en défaut de paiement et ont eu l’honneur de recevoir les premiers « forfaits post-stationnement » (FPS) à 35 euros. Seuls 65 d’entre-eux, (1,29 %), ont été contestés.

Côté usagers, force est de constater pour ceux rencontrés aux bornes que la réglementation du stationnement sur voirie semble un peu compliquée, surtout pour les visiteurs étrangers… Petite indication, seulement 10 à 20 % des personnes ayant reçu un FPS ont régularisé la situation dans les trois jours, (au lieu de 45 jours auparavant sous peine d’avoir une majoration).

Autre mécontentement: l’augmentation des tarifs des heures supplémentaires de stationnement. Même si, comme aime à le rappeler l’élue, les tarifs pour les premières heures de stationnement restent inchangés, et la durée maximum de stationnement est allongée. Mais il semble que cela soit le prix à payer pour multiplier les rotations et libérer des places. Et cela semble fonctionner, car il est déjà possible de le constater, il est un peu moins difficile à présent de se garer.