Belfort: Une station de carburant 100% renouvelable chez des agriculteurs grâce à leur fumier

ENERGIE Déjà équipés d’un méthaniseur pour transformer leur lisier ou leur fumier en gaz vert, deux agriculteurs francs-comtois ont désormais une station distribuant un carburant 100 % renouvelable au sud de Belfort…

Bruno Poussard

— 

Le lisier et le fumier, transformés en méthane, permettent ensuite aux agriculteurs de fabriquer du bioGNV, un carburant renouvelable à l'aide d'une station de compression. Illustration
Le lisier et le fumier, transformés en méthane, permettent ensuite aux agriculteurs de fabriquer du bioGNV, un carburant renouvelable à l'aide d'une station de compression. Illustration — THOMAS CHASSAING/SIPA
  • Éleveurs bovins et porcins (et producteurs céréaliers) dans le Territoire de Belfort, les frères Peterschmitt se sont aussi lancés dans la production de biogaz.
  • Après l’acquisition d’un méthaniseur, les agriculteurs francs-comtois ont désormais installé une station de carburant renouvelable à partir du méthane.

Les frères Peterschmitt ne sont pas des agriculteurs comme les autres. Éleveurs bovins et porcins (et producteurs céréaliers) dans le Territoire de Belfort, ils se sont aussi lancés dans la production de biogaz dès 2015. En transformant leurs déchets agricoles - fumier, lisier et intercultures - avec un méthaniseur installé à côté de leur ferme à Andelnans.

>> A lire aussi : Graisse animale, marc de café, déchets agricoles… Les biocarburants se cherchent un nouveau souffle

Rentrés depuis dans le réseau de gaz naturel de GRDF, Christian et David Peterschmitt alimentent désormais les habitants de la commune franc-comtoise. « Un peu à l’instar du système allemand où des cultures sont transformées en énergie, on s’est demandé si on ne pouvait pas faire du méthane avec nos déchets », rembobine le second nommé.

Un méthaniseur puis une station de compression

Mais ensuite, les deux frères ont vite cherché à aller plus loin. Après avoir embauché deux personnes de plus, ils ont cherché à utiliser ce biogaz pour faire circuler leurs véhicules. En le transformant de nouveau, mais cette fois en carburant renouvelable (bioGNV dans le jargon), déclinaison verte du gaz naturel pour véhicules (GNV).

Après un prototype, Christian et David Peterschmitt disposent depuis fin 2017 de leur propre station de compression, à domicile. « Après la fabrication de la ressource renouvelable en biogaz dans le méthaniseur - par des bactéries -, le méthane doit ensuite être épuré, séparé du CO2 pour devenir du bioGNV », explique Florian Lafon.

Sur le procédé, l’ingénieur de l’entreprise spécialisée Prodeval, partenaire privilégié de l'exploitation des Longchamps à Andelnans, prolonge :

« Nous comprimons aussi le méthane à 200 bar pour augmenter la quantité de bioGNV (à l’état gazeux) contenu dans le réservoir du véhicule afin d'augmenter son autonomie. »

David Peterschmitt s'est lancé, avec son frère Christian dans la production de biogaz et désormais de bioGNV dans le Territoire de Belfort.
David Peterschmitt s'est lancé, avec son frère Christian dans la production de biogaz et désormais de bioGNV dans le Territoire de Belfort. - Document remis / Prodeval.

Une voiture hybride alimentée, avant un tracteur

En plus de leur voiture (hybride) déjà utilisée, les deux agriculteurs ont testé un tracteur roulant à 100 % au gaz, qui arrivera enfin sur le marché en 2019 - alors que les constructeurs de poids lourds s’intéressent également à ce carburant. D’une durée de 2h30 jusqu’ici, le plein ne leur prendra d’ailleurs plus que quelques minutes cette semaine.

Mais leur installation vise plus à développer le bioGNV qu’à gagner de l’argent alors que les véhicules adaptés sont peu nombreux. « Pour nous, c’est une question de cercle vertueux, justifie David Peterschmitt. Et c’est un moyen d’être plus crédibles pour convaincre si besoin. » En attendant, les deux frères ne fournissent pas les véhicules des particuliers - à défaut d’être dans le réseau.

Le véhicule hybride des frères Peterschmitt en pleine recharge de carburant renouvelable avec leur station installée sur le site de leur ferme.
Le véhicule hybride des frères Peterschmitt en pleine recharge de carburant renouvelable avec leur station installée sur le site de leur ferme. - Document remis / Prodeval.

« On veut mettre le petit doigt dedans et puis on verra », termine-t-il. S’ils ont partagé les coûts de fabrication de la station avec la société Prodeval - en pleine croissance depuis la Drôme où elle est basée -, les deux frères investissent surtout dans « une des énergies qui pourront être celles de demain. On ne croit pas à une, mais à un mix énergétique. »