Strasbourg: Avec deux nouveaux projets dans les cartons, l'offre de cinéma sera-t-elle trop grande?

CULTURE Tandis que «20 Minutes» a déjà annoncé la volonté de MK2 d’implanter un nouveau grand complexe à Schiltigheim, un autre projet de cinéma se monte dans le centre-ville. Mais y a-t-il assez de place pour tous?….

Bruno Poussard

— 

Dans l'Eurométropole de Strasbourg, deux projets de nouveaux complexes cinématographiques viennent de se monter, dans le centre de la ville, et à Schiltigheim. Illustration
Dans l'Eurométropole de Strasbourg, deux projets de nouveaux complexes cinématographiques viennent de se monter, dans le centre de la ville, et à Schiltigheim. Illustration — A. GELEBART/20 MINUTES/SIPA
  • Un grand complexe lancé par Mk2 est annoncé à Schiltigheim pour 2019, mais un autre nouveau cinéma pourrait voir le jour à Strasbourg.
  • Le bassin de la capitale alsacienne est-il néanmoins assez grand pour tous ces acteurs du grand écran ? Certains s'en inquiètent.

A Strasbourg, quelques petits veinards ont eu l’occasion de voir un film à l'américaine, dans une voiture, sur le toit d’un parking des Halles - lors  du dernier Festival européen du film fantastique. Mais plusieurs salles de cinéma pourraient s’implanter durablement derrière ce grand centre commercial de la ville, en lieu et place de la gare routière.

Comme l’ont révélé les Dernières Nouvelles d'Alsace, le cinéma Vox, en plein centre-ville, souhaite en fait y déménager en agrandissant ses locaux. Et ce alors qu’à quelques kilomètres de là, un grand complexe Mk2 pourrait, lui, s’implanter en 2019 à Schiltigheim sur le site - en réhabilitation - de l’ancienne malterie de la brasserie Fischer.

>> A lire aussi : Réalité virtuelle, librairie et salles de cinéma, un grand complexe arrive

Faut-il craindre des déséquilibres entre les cinémas ?

Mais le bassin strasbourgeois aux 7.919 fauteuils, 40 écrans, 5 cinémas (avec UGC, Vox, Odyssée, Star et Star St-Ex), 80.000 séances et 2,03 millions d’entrées en 2016 (selon la Géographie du cinéma du CNC) permettra-t-il à autant d’acteurs du grand écran - sans parler du Pathé de Brumath et du Trèfle de Dorlisheim, un peu plus loin - de vivre ?

Le projet du grand complexe Mk2 vient d’être déposé. Celui des Halles devrait bientôt suivre (alors que la gare routière devra trouver une ou plusieurs nouvelle(s) place(s) en parallèle). Parce qu’elle doit « éclairer » les votants de la Commission départementale d'aménagement commercial qui a le dernier mot, la Direction régionale des affaires culturelles n’a « pas vocation » à commenter la situation.

Directeur du cinéma public L’Odyssée depuis 26 ans, Faruk Günaltay est, lui, plutôt pour ces développements, mais il craint des « déséquilibres irréversibles » à Strasbourg :

Face à la démultiplication des fenêtres d’exposition des films, c’est une bonne chose que des gens envisagent d’investir dans la projection de films sur grand écran. Mais le risque, c’est que ces deux multiplexes entraînent une désertification des salles du centre-ville. S’il y en a moins, les gens perdront l’habitude de venir au cinéma dans le centre-ville. »

Les deux projets sont-ils en concurrence ?

Derrière les forts investissements estimés de ces projets, Faruk Günaltay espère que « l’environnement culturel et social » ne sera pas oublié. Lui s’interroge pour l’avenir des cinémas Star, dont le directeur n’est autre que le futur gérant du Mk2 à Schiltigheim : « A la moindre difficulté du complexe, ces cinémas du centre ne seront-ils pas maltraités ? »

Alors qu’une drôle de concurrence entre ces deux projets de l’agglomération pointe le bout de son nez, le maire de Strasbourg s’en inquiète aussi. Roland Ries a dévoilé avoir rencontré le directeur du groupe MK2 qui se serait notamment engagé « en faveur de la pérennisation des deux cinémas Star ». Le contexte devrait compter dans le choix de la Commission.

Tandis que les porteurs des deux projets n’ont pour l’heure pas répondu à 20 Minutes, le directeur de L’Odyssée (subventionné et donc peu menacé pour sa part) juge néanmoins ces préoccupations légitimes : « A la création de l'UGC Ciné Cité (en 2001), son propriétaire qui possédait aussi  le Capitole avait promis de le maintenir. Moins de deux ans après, il a fermé… »