Strasbourg: La CTS étend son dispositif de protection des cygnes sur les lignes du tramway

ANIMAUX Le dispositif de protection des cygnes sur les lignes de tram à Strasbourg va être étendu à de nouveaux ponts de la ville d’ici à la fin mars…

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg sur le pont pour protéger les cygnes de ses lignes de tram
Strasbourg sur le pont pour protéger les cygnes de ses lignes de tram — A. Ighirri / 20 Minutes
  • Depuis 2016, la Compagnie des transports strasbourgeois expérimente un dispositif de protection des cygnes sur les lignes aériennes du tramway.
  • Le système de spirales ayant fait ses preuves, il sera étendu à trois nouveaux ponts de la ville de Strasbourg d’ici à la fin mars 2018.

On s’en veut : on n’a pas eu le temps d’appuyer sur le bouton pour photographier ce cygne survolant le pont Royal de Strasbourg vendredi matin, loin au-dessus des lignes du tram de la station Gallia qui pouvaient jusqu’alors poser problème à l’animal.

Si la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) et ses partenaires voulaient une preuve que leur dispositif de protection de ces oiseaux était une réussite, ils n’auraient pu trouver mieux.

La CTS expérimente depuis deux ans ce dispositif sur le pont Winston Churchill, où il arrivait que des cygnes, décollant d’un côté du pont et cherchant à redescendre de l’autre, perdent la vie en se heurtant aux lignes aériennes (les câbles de maintien) du tramway. « Cela posait problème pour les cygnes, ça perturbait aussi le réseau, débute le président de la CTS Alain Fontanel. Et puis, il y avait le risque de voir tomber l’oiseau de 15 kg sur les passants. »

« 100 % de réussite »

Bilan : « On avait sept accidents par an sur ce pont, il n’y en a plus », chiffre le président de la Compagnie de transports strasbourgeois.

« Ce sont des résultats qui vont au-delà de nos espérances. On dit toujours que c’est de la prétention de viser les 100 % de réussite, mais on y est. Mais c’est en élargissant maintenant le dispositif, que l’on va voir et constater si ces collisions baissent dans les causes d’accueil des oiseaux au centre », estime Guy Marchive, directeur du Groupement ornithologique du refuge Nord-Alsace (Gorna).

Il rappelle qu’en 2017, sur les 96 cygnes accueillis en provenance de l’Eurométropole, 14 étaient entrés en collision avec les lignes aériennes du tram. Plus aucun donc sur le pont Winston-Churchill, mais sur quelques autres sites.

>> A lire aussi: Un cygne atterrit sur l'autoroute A35 et stoppe un automobiliste

D’ici à la fin mars, trois nouveaux ponts seront alors équipés : le pont Royal, le pont Etoile-Bourse et le pont Mendès-France. Des sites dits à risque où des accidents avaient déjà eu lieu.

Des ultrasons générés

Vous vous trouvez sur les ponts concernés ? Levez la tête et vous verrez ces spirales rouges enroulées sur les lignes aériennes du tram. En plus de les voir – parce que « tous les oiseaux voient la couleur rouge », dixit Guy Marchive du Gorna –, le cygne va être sensible aux ultrasons que l’engin tortillé va envoyer au contact du vent. Ce qui permet d’éviter les collisions.

Rouges, les spirales sont visibles aux yeux des oiseaux. Elles émettent aussi des ultrasons au contact du vent.
Rouges, les spirales sont visibles aux yeux des oiseaux. Elles émettent aussi des ultrasons au contact du vent. - A. Ighirri / 20 Minutes

Le nombre de spirales installées varie en fonction de la longueur du pont. Sur les lignes aériennes du tram, elles sont espacées de quatre à cinq mètres. Mises à disposition gracieusement par Strasbourg électricité réseaux, les spirales sont le fruit d’une adaptation, voire innovation, de cet opérateur strasbourgeois et du Gorna.

La CTS rencontre-t-elle des soucis avec d’autres espèces d’animaux ? Pas forcément. « La première source de perturbation du trafic reste les flux de piétons, vélos et voitures », répond son président, qui remarque une « moindre attention » de leur part à la cohabitation avec le tram.