Devenez mécène de la cathédrale de Strasbourg pour un petit euro

PATRIMOINE Le ticket Bâtisseur de cathédrale et une carte de la Communauté des donateurs débarquent à Strasbourg. De quoi financer des travaux pour donner l’envie aux touristes, mais aussi aux Strasbourgeois, de remonter les 330 marches de la cathédrale…

Gilles Varela

— 

Visite de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. (Archives) Lancer le diaporama
Visite de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. (Archives) — G. VARELA / 20 MINUTES
  • La Fondation de l’Œuvre de Notre Dame à Strasbourg propose aux visiteurs de faire un don pour la cathédrale, notamment via le versement d’un euro supplémentaire pour l’accès à la plateforme.
  • Des travaux importants pour rendre plus attrayante la plateforme et sa Maison des gardiens seront entrepris d’octobre 2018 à avril 2019.

La plateforme de la cathédrale ? Tout Strasbourgeois connaît. Qui n’a pas dans la ville et les alentours au moins gravi une fois les 330 marches de l’étroit et sombre escalier en colimaçon, permettant d’atteindre la plateforme culminant à 66 mètres de hauteur ? Oui mais voilà. Peu y reviennent car il est vrai, une fois là-haut, qu’il n’y a pas grand-chose d’autre que la vue à découvrir. Une seule visite, voire deux si c’est pour accompagner un membre de la famille, le correspondant de classe de son enfant ou pour épater sa nouvelle petite amie, suffit bien souvent. D’ailleurs, le nombre de visiteurs annuel décroît chaque année un peu plus. Ils étaient plus de 380.000 il y a vingt ans contre 250.000 actuellement. D’où une marge importante pour capter une partie des quatre millions de visiteurs annuels de la cathédrale.

>> A lire aussi : Que cachent encore les sous-sols, à l’heure de nouvelles fouilles sous le futur tram?

Des dons

C’est une des raisons pour laquelle, la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, en charge de l’entretien, de la restauration et de la conservation de la deuxième cathédrale la plus visitée de France (après Notre-Dame de Paris), vient de mettre en place un ticket Bâtisseur de cathédrale. Celui-ci permet aux visiteurs de « devenir mécène » pour un euro de plus. A cela, s’ajoute la création d’une carte de la Communauté des donateurs de la Fondation, carte qui sera remise aux personnes qui par leurs dons ( défiscalisables) contribueront à la préservation de la cathédrale de Strasbourg.

« Le principe est simple et fonctionne déjà dans des musées d’autres villes ou dans d’autres pays, souligne Alain Fontanel, premier adjoint au maire en charge de la culture et du patrimoine. Il suffit, au moment de payer son ticket pour accéder à la plateforme de donner un euro ou plus, sans aucune obligation. Ou bien encore, avec la carte des donateurs, de faire un don, qui est défiscalisable, et qui donnera accès gratuitement, non seulement à la plateforme mais permettra de bénéficier d’évènements, de conférences, en lien avec la cathédrale et en exclusivité. »

Carte des donateurs de la Fondation de l’œuvre Notre Dame. Strasbourg le 13 février 2018.
Carte des donateurs de la Fondation de l’œuvre Notre Dame. Strasbourg le 13 février 2018. - G. Varela / 20 Minutes

La maison des gardiens

Des recettes supplémentaires qui vont permettre surtout de participer au budget annuel de la cathédrale et qui s’élèvent en moyenne à 1,5 million. Mais pour obtenir des recettes, il faut également attirer les visiteurs, et notamment faire revenir les Strasbourgeois. C’est pourquoi, d’importants travaux de rénovation, d’aménagements vont être entrepris du mois d’octobre 2018 à avril 2019 où l’accès à la plateforme ne sera pas autorisé.

>> A lire aussi : Il y a maintenant une Cuvée de la Cathédrale

Le circuit touristique qui conduit à cette dernière, va être complètement transformé. L’espace caisse va être réaménagé, l’escalier et ses graffitis vont être entièrement nettoyés. Mais le projet d’aménagement concerne essentiellement la maison des gardiens, sur la plateforme. Fermée au public, souvent esthétiquement perçue comme une verrue, elle est pourtant le témoin du riche passé de la cathédrale et date dans sa forme actuelle de 1782. Elle permettait aux six gardiens de surveiller et d’alerter sur d’éventuels incendies dans la ville mais aussi dans la cathédrale. Avec le projet de réaménagement, ce lieu va devenir un lieu de visite, pédagogique, notamment pour les scolaires, une sorte de musée sur son histoire, sur son horloge, ses moulins en bois… avec aussi, des écrans tactiles. La fluidité de circulation des visiteurs sur la plateforme va être revue dans son ensemble, avec probablement une table d’orientation. Alors, il ne vous reste plus que quelques mois pour récupérer votre souffle, car il n’y aura, la Fondation le certifie, jamais d’ascenseur.