Oppositions sans détour au GCO

Ludovic Meignin - ©2008 20 minutes

— 

Pour ses opposants, le projet de grand contournement Ouest (GCO) ne tient pas la route. Ils avaient jusqu'à hier pour introduire un recours auprès du Conseil d'Etat contre cette future autoroute à péage reliant sur vingt-quatre kilomètres l'A4, à Vendenheim, à l'A35-A352, à Duttlenheim.

Censée désengorger l'agglomération strasbourgeoise, elle a été déclarée d'utilité publique le 24 janvier. Mais les opposants à ce projet, dont le premier coup de pioche est prévu en 2009 pour une mise en service en 2012, ne désarment pas. « C'est une aberration d'engager de tels travaux qui vont à contre-courant du Grenelle de l'environnement. Peut-être avaient-ils une justification il y a vingt ans lorsque l'on pensait tout voiture et tout camion, mais aujourd'hui il est nécessaire de favoriser les transports collectifs comme le tram-train », martèle Claude Kuhne, adjoint (sans étiquette) au maire de Venden­heim en charge du développement durable.

Sa ville s'est associée à un recours en annulation qui réunit treize autres collectivités ainsi qu'Alsace Nature. Le monde rural n'est pas en reste puisque les sections de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de Truchtersheim, de Mundol­sheim et de Brumath se sont jointes à cette démarche. Elles craignent notamment une baisse du revenu des exploitations du fait de l'emprise physique du GCO qui en réduirait la surface cultivable.