VIDEO. Strasbourg: Un Labo pour des burgers à la sauce locavore

CONSOMMATION Arthur et Nathan, étudiants-entrepreuneurs strasbourgeois de 21 et 23 ans, veulent promouvoir le burger nutritivement équilibré, issu d’une sélection de produits locaux... 

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: Des burgers locavores avec Le Labo, concept lancé par Arthur et Nathan
Strasbourg: Des burgers locavores avec Le Labo, concept lancé par Arthur et Nathan — Atelier Ben & Jo en collaboration avec Ben Auer

Le burger locavore fait son arrivée à Strasbourg. Arthur et Nathan, étudiants-entrepreneurs de 21 et 23 ans, vont en effet miser sur le burger nutritivement équilibré, issu d’une sélection de produits locaux. Soit provenant de producteurs installés dans un rayon de 200km selon les principes du locavorisme.

Les deux jeunes hommes vont, pour cela, ouvrir Le Labo, sorte de fast-food expérimental.

Une idée qui a germé dans le cadre d’un projet de groupe lors de leurs études en master entrepreunariat à l'Ecole de management de Strasbourg.

Arthur, qui se destinait au football de haut niveau, a toujours été soucieux de son alimentation. « Déçu de l’industrie alimentaire », Nathan a, lui, « l’amour de la cuisine » et veut faire redécouvrir les saveurs des aliments. Ensemble, ils ont donc « envie de créer une nouvelle image de l’alimentation », de dire qu’on « peut être gourmand et manger sainement », tout en répondant aux impératifs de temps.

Un « fast-food tech » dans un appartement

« Quoi de mieux qu’un appartement pour une cuisine maison », lance le duo, qui a loué un logement au 1, rue des Veaux, à l’ombre de la cathédrale de Strasbourg, pour y installer leur « fast-food tech ».

Nathan et Arthur (de gauche à droite) veulent installer le burger locavore à Strasbourg avec Le Labo.
Nathan et Arthur (de gauche à droite) veulent installer le burger locavore à Strasbourg avec Le Labo. - Atelier Ben & Jo en collaboration avec Ben Auer

Impossible de manger sur place. Les burgers sont disponibles à la livraison ou à emporter. Dans ce cas, les clients sont invités à entrer dans l’appartement redécoré façon laboratoire de Léonard de Vinci pour récupérer leur commande.

Steak de betterave, spiruline et grillons

Alors qu’est-ce qu’on mange ? Eh bien à la carte des burgers donc, dont les prix oscillent entre 7 et 10 euros, pour les carnivores, végétariens, végétaliens, végans… Avec, hors burger quasiment traditionnel poulet-avocat, des recettes inédites à base de steak de betterave, quinoa ou spiruline. « Une algue recommandée par l’Organisation mondiale de la santé, tient à préciser Arthur. Et puis il y aura un burger avec des grillons à la place de la viande. Il faut savoir que 10g de grillons valent un beefsteak de 130g ».

Le tout, sans huile et friture, entre deux morceaux de pain à la farine d’épeautre, riz, sarrasin ou encore avec « des graines de chia qui pétillent dans la bouche ». Et pour accompagnement ? Des chips de patates douces au four ou des frites de courgettes.

>> A lire aussi: La première épicerie locavore ouvre ses portes à Nice

Coup de main des internautes

De quoi aiguiser votre appétit, ou au moins, votre curiosité ? Il faudra encore attendre un peu, la fin février probablement. En attendant d’ouvrir les portes de leur Labo au public pour de bon, du jeudi au dimanche, les deux étudiants viennent de lancer une campagne de financement participatif.

Pour aller au bout de leur idée, les deux jeunes hommes s’engagent à utiliser des emballages écologiques et à réduire tant que possible les déchets alimentaires en lien avec des producteurs locaux et des associations.