Strasbourg: Marché de Noël, démographie, cathédrale, promis la «lose» cesse en 2018

POSITIVE ATTITUDE Coup sur coup, la capitale alsacienne a perdu de son rang dans différents classements...

Alexia Ighirri avec Bruno Poussard

— 

Strasbourg: Marché de Noël, démographie, cathédrale, promis la «loose» cesse en 2018
Strasbourg: Marché de Noël, démographie, cathédrale, promis la «loose» cesse en 2018 — Pixabay
  • Marché de Noël, démographie, cathédrale... Strasbourg a perdu de sa superbe dans différents classements.
  • Mais la «lose» qui a pu contaminer Strasbourg, c'est terminé.

Dites, ces derniers temps Strasbourg c’était un peu « Straslose » (attention, nous avons les droits d’auteur sur ce magnifique jeu de mots), non ? On passe sous silence les mésaventures du grand sapin cassé/fissuré/changé/penché, mais souvenez-vous, cette petite révolution quand, mi-décembre, le marché de Noël strasbourgeois a été dépassé par celui de Colmar.

Lundi, lors des vœux du maire de Strasbourg Roland Ries à la presse, on riait encore un peu jaune de ce résultat, l’issue du concours n’ayant peut-être pas totalement digéré. Certains attaquant encore la crédibilité du classement, d’autres renvoyant vers divers classements qui portaient le marché de Noël de Strasbourg en triomphe.

« Il y a un “Strasbourg bashing” profond »

Paul Meyer, l’adjoint au maire de Strasbourg en charge du tourisme est plus direct : « On était fous furieux. Je trouve qu’il y a un “Strasbourg bashing” profond. A mon avis, on est encore l’une seule des capitales régionales qui n’a pas le soutien de toute sa région », estimant que ce classement reflète ce que les Alsaciens éloignés de Strasbourg pensent de la capitale, lui préférant Colmar s’ils ont à choisir.

C’est vrai aussi, les classements sont ce qu’ils sont. Et il ne faut peut-être pas trop y faire attention. Sauf peut-être lorsqu’il s’agit pour le Racing club de Strasbourg, promu de Ligue 1, de battre l'ogre PSG, leader invaincu du championnat !

Ou quand il s’agit des données démographiques de l’Insee. Eh oui, parce qu’une dizaine de jours plus tard, on apprenait que Strasbourg était également dépassée sur le plan de la population légale, par Montpellier.

>> A lire aussi: Strasbourg n’est plus la 7e ville de France

Ok ce n’est plus l’Insee. Aux données statistiques succède un choix totalement subjectif. Mais quel étonnement de ne pas voir la célèbre et millénaire cathédrale de Strasbourg en premier, écraser la concurrence, de ce Topito consacré aux dix plus belles cathédrales de France.

Trop c’est trop. Tournons la page sur cette fin d’année morose. Parce qu’en 2018, même en ce «jour le plus déprimant de l'année » du Blue Monday, on a envie de croire que Strasbourg est de retour dans le game (reprend du poil de la bête, pour les plus âgés d’entre nous).

Place aux atouts

Histoire de cultiver la gagne, le nouveau site Internet de la collectivité strasbourgeoise compte une page dédiée aux labels, certifications et autres récompenses reçus pour différentes actions. #ChampionMonFrère

Et la collectivité peut aussi se vanter d’avoir percé sur les réseaux sociaux. Et c’est toujours ça de pris quand on appelle ses internautes à voter dans un concours pour élire le plus beau marché…. Oups, non, oubliez !

Si Strasbourg veut retrouver de sa superbe, elle peut rappeler qu’Adidas l’a choisi pour transférer son siège social. Que la capitale alsacienne a réussi à classer un deuxième quartier à l’Unesco. Que l’université strasbourgeoise compte 20 prix Nobel, excusez du peu, dont 4 en activité, fait exceptionnel en France. « Et le Palais des congrès est considéré comme l’un des plus beaux du pays », nous souffle l’entourage du maire.

>> A lire aussi: Et si le Palais de la musique et des congrès était vraiment «le plus beau de France» ?

Pour être honnête, il y a un classement établi par le site My-Pharma il y a quelques jours où Strasbourg fait encore figure de mal classé… celui des villes détenant le plus de fast-foods ! Mais dans ce cas précis, ne pas être un Burger King peut paraître comme une bonne nouvelle aussi.