La profession de foi électorale rédigée en allemand, c'est terminé

Ludovic Meignin - ©2008 20 minutes

— 

Le tract électoral en allemand a vécu. Le Conseil d'Etat vient de mettre fin à cette spécificité locale fondée sur un texte de 1919. Cette décision a provoqué de nombreuses réactions, dont celle de l'association Culture et bilinguisme. Son président, François Schaffner, a estimé ce week-end qu'il s'agissait d'« une nouvelle régression contre l'utilisation de la langue régionale dans la vie publique ». Le monde politique monte également au créneau. Le maire de Truchtersheim et défenseur du bilinguisme, Justin Vogel, a ainsi indiqué qu'il allait demander un débat sur ce sujet fin avril au Conseil régional où il siège. Jusqu'à présent en Alsace, les professions de foi en français des candidats pouvaient être complétées par une autre, écrite en langue allemande. Il s'agit là de la forme littéraire de l'alsacien (qui ne s'écrit pas) et qui est encore usité dans certaines vallées de la région, essentiellement chez les personnes âgées. Les candidats devaient prendre en charge la confection des tracts qui leur étaient remboursés s'ils faisaient au moins 5 %.