Strasbourg: «Ça devient chaud» de frauder dans les trams et bus de la CTS

TRANSPORTS « 20 Minutes » a demandé à ses lecteurs, usagers des transports en commun strasbourgeois, leur avis sur les nouveaux dispositifs anti-fraude de la CTS…

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: « ça devient chaud » 
de frauder dans les trams ou bus de la CTS.
Strasbourg: « ça devient chaud » de frauder dans les trams ou bus de la CTS. — G . VARELA / 20 MINUTES
  • La Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) a présenté ses nouveaux dispositifs pour lutter contre la fraude dans les trams et bus de l’agglomération.
  • « 20 Minutes » a demandé aux usagers leur avis sur la hausse annoncée des amendes ou encore l’instauration d’équipes de contrôleurs en civil.

On vous voit venir : non, tous les lecteurs de 20 Minutes ne fraudent pas dans les transports en commun. Au contraire. Mais la plupart d’entre eux ont un avis sur la question.

Alors que la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) a présenté, mardi, ses nouveaux dispositifs pour lutter contre la fraude dans ses trams et bus, 20 Minutes a demandé à ses lecteurs, usagers des transports en commun strasbourgeois, leur opinion.

Les avis sont forcément partagés. Pour Michel, « il était temps ». Edouard note que la CTS « monte un peu le level » mais considère, en souriant, que c’est « toujours plus rentable de ne pas payer ». Les amendes à la hausse, les patrouilles de contrôleurs en civil et les contrôles sur le quai font quand même dire à Richard que « ça devient chaud ».

>> A lire aussi: Tarifs des amendes en hausse, agents en civil ou contrôles filmés, la CTS fait la chasse à la fraude dans les trams et bus

« Je prendrai un abonnement je pense »

Mike, qui fraude « très souvent le tram et parfois le bus, avec l’accord du chauffeur d’ailleurs bizarrement », estime que la hausse des amendes va avoir l’effet inverse et augmenter le nombre de fraudeurs. S’il pense qu’il sera encore possible d’échapper aux contrôles sur les quais, « le contrôle en civil risque, lui, de vraiment faire baisser le taux de fraude ».

« Je ne prenais pas de ticket car c’est simple de frauder : les contrôleurs sont toujours à cinq devant la première porte, il suffit de garder l’œil ouvert »

Achètera-t-il un ticket maintenant ? « Je vais voir comment ça se passe, répond-il. Ça va sûrement être plus difficile. J’ai besoin du tram donc je prendrai un abonnement je pense » Manon a, elle, une autre conclusion : « On va prendre le vélo ».

>> A lire aussi : Strasbourg: Le top 7 des excuses les plus surprenantes données aux contrôleurs des transports en commun

« C’est honteux »

Outre la hausse des tarifs des amendes, vivement commentée, certains demandent plus de souplesse à l’égard des abonnés. Josie martèle : « Arrêtez de mettre une amende aux gens qui ont la Badgeo pas validée alors qu’ils payent assez cher. C’est honteux ».

Le coup de la Badgéo oublié, c’est la mésaventure qu’a connue un adjoint au maire de Strasbourg il y a quelques jours. « J’avais changé de veste, ma carte était restée dans l’autre. J’ai reçu, et payé, une amende de 89 euros pour absence de titre et les frais de dossier. A ce prix, je vous assure qu’on n’oublie plus sa carte », sourit l’élu. La CTS rappelle qu’un abonné sans sa carte Badgeo est forcément verbalisé : « Un contrôleur ne peut pas faire la différence entre ceux qui n’ont pas de titre et ceux qui l’ont oublié chez eux. »

>> A lire aussi : SNCF: La fraude dans les transports, «un mal français» selon Guillaume Pepy

Qualité du matériel et du service en réponse

Dans leurs commentaires, bon nombre d’usagers ripostent sur la qualité du service. A l’image de Gilbert : « Je veux bien que les amendes augmentent, que les contrôleurs soient en civil ou que les contrôles soient filmés (reste à voir juridiquement) mais dans ce cas-là que le service soit vraiment à la hauteur. Le personnel comme le matériel ! »

Parmi la liste des reproches, les trams et bus qui n’arrivent pas à l’heure, les distributeurs qui ne fonctionnent pas ou les bornes « qui avalent les tickets ».