Halloween: Paranormal, légendes et histoires d'horreur pour flipper à l'alsacienne

LA TROUILLE L’Alsace regorge de légendes et autres histoires terrifiantes. Petite sélection à l’occasion d’Halloween pour jouer à se faire peur…

Alexia Ighirri

— 

Halloween: Comment flipper à l'alsacienne? Légendes et histoires d'horreur de la région (Archives)
Halloween: Comment flipper à l'alsacienne? Légendes et histoires d'horreur de la région (Archives) — G. VARELA / 20 MINUTES
  • Il y a bon nombre de légendes, histoires d'horreur ou faits paranormaux en Alsace.
  • A l'occasion d'Halloween, «20 Minutes» a sélectionné quelques-unes de ces histoires, histoire de flipper à la sauce alsacienne.

Oui, il y a les déguisements, les bonbons et les citrouilles. Mais à côté de la fête bon enfant, Halloween est aussi une bonne occasion pour se faire peur. Et au rayon des histoires terrifiantes, les Alsaciens ont de quoi faire. La région regorge de contes et légendes, d’histoires d’horreur ou paranormales.

A l’occasion d’Halloween, 20 Minutes a décidé de sortir quelques squelettes du placard. Une sélection, non-exhaustive, pour flipper à l’alsacienne.

Le vent du diable

C’est sans doute le phénomène local le plus connu. Du moins, des Strasbourgeois et adorateurs de la cathédrale de Strasbourg. Si vous vous rendez à proximité de l’édifice religieux, ne soyez pas étonné de sentir comme des courants d’air. C’est peut-être l’œuvre du diable. L’origine du vent soufflant sans cesse place de la cathédrale est expliquée par une légende : le diable étant resté enfermé dans l’édifice, le vent (présenté comme sa monture, le Uber de l’époque donc) l’attend, impatient, sur le parvis.

Les fantômes de Finkwiller

Le quartier situé au sud de la Grande-Ile de Strasbourg est la star des légendes locales. Parmi les histoires de fantômes du quartier Finkwiller qui peuvent foutre la trouille, il y a celle de la lavandière assise au bord de l’eau. Mais n’allez pas la tenter : il se dit qu’elle a vite fait de saisir à la nuque la personne qui la dérange. Et de la plonger et replonger dans la rivière. Un peu sur les nerfs, la lavandière.

L’hôtel abandonné

On raconte qu’il est hanté par le fantôme de la fille du propriétaire décédée. Ou qu’il accueillait une secte sataniste pour des messes noires. En tout cas, l’hôtel laissé à l’abandon depuis une quarantaine d’années au bord de la route départementale 83, au niveau de Saint-Hippolyte, ne cesse de fasciner. Et nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, s’y sont aventurés de nuit, pour un bon shot de frissons. Et de jour, pour squatter les lieux et les taguer.

Le soldat romain

Autre histoire de fantôme, à Dangolsheim. Il s’agit cette fois d’un revenant qui prend la forme d’un soldat romain. Il fait une première apparition en 1914, sortant du tunnel du lavoir pour saluer en silence les villageois rassemblés à cet endroit. Il verse une larme et s’en va. Quelques jours après, la France entre en guerre. Le soldat romain revint une seconde fois, même chose… en 1939. Et, peut-être plus que n’importe quel autre fantôme, personne n’a plus jamais envie de le revoir.

La route maudite

Bien plus au sud de l’Alsace, entre Altkirch et Ballersdorf, la route départementale D419 intrigue. Pourtant droite et sans danger visible, elle est le théâtre de nombreux accidents de la route, souvent inexpliqués. Il n’en faut pas plus pour entendre dire qu’elle est maudite. Un radar de vitesse y a été installé, mais est-ce utile face au paranormal ? Pour beaucoup la réponse à ces accidents se trouve sous la terre : la route aurait été construite sur un ancien cimetière. D’autres ajoutent que la Dame blanche y fait parfois son apparition. D’ailleurs des histoires de Dame blanche, il y en a légion dans la région. Si le cœur (et le courage) vous en dit…