A 150 ans, il veut juste rester « L'Ami du peuple »

P.W. - ©2008 20 minutes

— 

Le plus vieux journal d'Alsace n'est pas près de tourner la page. Tel est en substance le message que délivre cette année la rédaction de L'Ami du peuple pour son 150e anniversaire. Pour ce faire, la pagination de l'hebdomadaire va être augmentée, son portail Internet et ses suppléments seront modernisés. « Notre objectif est de stabiliser notre lectorat, mais aussi de nous ouvrir à de nouveaux lecteurs », confie Bernard Deck, son directeur de publication. Avec un tirage de 40 000 exemplaires, il est lu par 150 000 personnes chaque semaine.

Les clés de son succès ? « Ses valeurs, estime Bernard Deck. C'est un journal d'informations, mais aussi d'opinions. Profondément alsacien, il défend toutes les spécificités et les langues de la région. Il est également chrétien, plutôt à dominante catholique, sans être un journal religieux. Enfin, il est européen et du juste milieu politique. » Un positionnement au centre qui lui a valu d'être le premier journal interdit par le régime nazi. Loin de faire la course au scoop, le doyen des médias alsaciens vise désormais à s'adapter aux goûts du public tout en continuant à privilégier la réflexion de fond... afin de rester tout simplement L'Ami du peuple.