Strasbourg: Le projet de contournement autoroutier se fera, selon les ministres Nicolas Hulot et Elisabeth Borne

GRAND PROJET A condition que de nouvelles mesures environnementales compensatoires soient intégrées à son dossier, le projet autoroutier alsacien du GCO devra bien faire, selon le gouvernement...

B.P.

— 

Nicolas Hulot (à gauche) et Elisabeth Borne (à droite) ont signé un communiqué commun pour préciser l'avenir du projet autoroutier controversé du GCO en Alsace.
Nicolas Hulot (à gauche) et Elisabeth Borne (à droite) ont signé un communiqué commun pour préciser l'avenir du projet autoroutier controversé du GCO en Alsace. — Alain Jocard / AFP.

Samedi, entre 2 000 et 3 000 opposants ont manifesté à Strasbourg contre le projet autoroutier du Grand Contournement ouest de la ville, le fameux GCO. Et ce mardi, soit deux semaines après le blocage et la suspension des travaux préparatoires à Kolbsheim, Nicolas Hulot et Elisabeth Borne ont fait le point dans un communiqué.

>> A lire aussi : Strasbourg. A Kolbsheim, les opposants au projet autoroutier du GCO ont désormais leur ZAD

Dans le respect du contrat de concession signé en 2016, le GCO se fera, disent en substance les ministres de la Transition écologique et solidaire et des transports. A condition que de nouvelles mesures compensatoires pour la biodiversité soient intégrées au dossier et ensuite validées par le Conseil national de la nature ( CNPN).

Un drôle d'aire à l'entrée du site de la Zad de Kolbsheim contre le projet autoroutier du GCO.
Un drôle d'aire à l'entrée du site de la Zad de Kolbsheim contre le projet autoroutier du GCO. - B. Poussard / 20 Minutes.

Les travaux préparatoires repoussés (au moins) d’un an ?

Les remontrances environnementales au concessionnaire ont encouragé la suspension des travaux de déboisement – préalables aux fouilles – sur le site où le chantier a été bloqué par zadistes et habitants juste après avoir repris, le 20 septembre. En attendant l’avis du CNPN, après le dépôt, déjà, d’un nouveau dossier en préfecture.

>> A lire aussi : VIDEO. Strasbourg: A peine relancés, les travaux du projet autoroutier du GCO déjà bloqués

Autorisés du 1er septembre au 15 octobre seulement pour des raisons de protection des espèces, ces travaux préparatoires pourraient donc ne pas reprendre cette année. Et ainsi faire prendre au chantier une année de retard. « Ce délai ne met nullement en cause la réalisation du projet », insistent les deux ministres dans ce communiqué.