Strasbourg: Des élèves avocates imaginent un kit juridique pour les femmes

DROIT Six élèves avocates de Strasbourg ont lancé un blog juridique à dessein des femmes, gratuit, où elles vulgarisent le droit pour le rendre accessible à tous…

Gilles Varela

— 

Des élèves avocates ont lancé un blog, EllesLaw, un kit juridique gratuit pour les femmes. crédit photo Claire Leguillochet
Des élèves avocates ont lancé un blog, EllesLaw, un kit juridique gratuit pour les femmes. crédit photo Claire Leguillochet — EllesLaw
  • Six élèves avocates ont crée un blog juridique pour les femmes. 
  • Le site, gratuit, vulgarise le droit pour le rendre accessible à toutes. 
  • Le blog, baptisé Elles Law, est «un kit juridique pour les femmes modernes (ou non!)». 

Elles ne sont pas trois, mais six. Six drôles de dames, toutes élèves avocates et n’ont pas besoin d’un Charlie pour arriver à leurs fins. La bande de copines, des jeunes femmes urbaines qui étudient à l’Ecole régionale des avocats du Grand Est à Strasbourg, devait plancher sur « le droit, l’avocat et l’innovation ».

Elles ont pris la tangente pour aller au-delà de ce qu’il leur était demandé et ont mené à bien un projet qui leur a semblé « évident dès le départ ». Car c’est en consultant des forums sur Internet où des femmes se posaient des questions juridiques, que l’idée leur est venue de tenir un blog juridique, fait par des femmes et pour les femmes.

>> A lire aussi : Journée des droits des femmes: Des messages sexistes affichés sur le campus de Strasbourg

« Nous avons été effrayées de voir ce qui se racontait, tout et n’importe quoi. Et finalement, beaucoup restaient sans réponse ou avec des liens vers des textes de lois incompréhensibles pour des non-juristes, à vous en dégoûter », explique Manon, l’une des six amazones.

Bien au-delà d’un travail scolaire

Aussitôt constaté, aussitôt jugé, les vaillantes étudiantes ont donc lancé un blog baptisé Elles Law, « Un kit juridique pour les femmes modernes (ou non !) » annonce l’intitulé. Le ton est donné. Depuis six mois, et chaque jour, le nombre de visites approche le demi-millier.

Un blog juridique, oui, et un blog « frais », soulignent les filles, avec un vocabulaire qui parle aux femmes urbaines, mais pas que. A coups de #les femmes ne sont pas des utérus sur pattes, de dessins à l’humour caustique et dont le trait rappelle ceux de Pénélope Bagieu, les problèmes juridiques soulevés pourraient presque ressembler à des blagues Carambar. Et pourtant. Toutes les indications mentionnées sont très sérieuses, de « sources sûres et vérifiées », insistent les élèves avocates.

Bien sûr, leur statut ne les autorise pas à donner des conseils juridiques personnalisés, et donc elles ne dérogent jamais à cette règle, quelles que soient les questions qui sont posées, même si cela « est parfois frustrant », reconnaît Manon. Alors il est prévu, une fois leur diplôme d’avocate en poche, de professionnaliser leur blog. Mais pour l’instant, chut !

Les six élèves avocates, du blog juridique Elles Law
Les six élèves avocates, du blog juridique Elles Law - Elles Law

Des rubriques sous forme de réponse

En revanche, elles ne s’empêchent pas d’orienter les utilisatrices vers des sites officiels. « Nous voulons rendre le droit accessible et aborder les questions qui les préoccupent, comme les violences conjugales, le droit au travail, le droit de la famille. Nous simplifions et rassemblons des informations sur des thématiques, c’est tout. Nous ne donnons aucun conseil personnalisé », insiste Léa, une des élèves avocates de la bande.

Aussi, les blogueuses postent régulièrement des chroniques, souvent suggérées par les lectrices, qui répondent finalement aux questions qu’elles se posent, d’une façon pragmatique et simple. Et les blogueuses ont le sens de l’accroche. A coups de « L’épisiotomie et les violences obstétricales, kesako ? » ou bien « Le PACS, une affaire de quelques minutes : ah, c’est déjà fini ? », les élèves avocates abordent des sujets graves et pointus façon magazines féminins. Rubriquées sous des noms comme, « L’amoureuse », « La demoizelle », les infos passent aussi bien qu’une feuille de salade et restent légères.

>> A lire aussi : Inégalités salariales: «Une femme qui négocie son salaire est vue comme une opportuniste»

En attendant, elles présentent leur projet dès qu’elles le peuvent. Apprécié par la profession, il est sélectionné pour la finale du Concours projets innovants organisé par l’Observatoire de la profession, mi-octobre. Un prix qu’elles espèrent bien remporter avec l’appui des « internautes qui auront l’occasion de voter dans l’une des catégories », n’hésitent pas à rappeler les jeunes filles qui ont de la suite dans les idées.

Et les hommes dans tout ça ? Si elles assument pleinement vouloir d’abord s’adresser aux femmes, sans féminisme, elles assurent qu’à bien y regarder, les hommes y trouvent leur compte, également…