Strasbourg: Et pourquoi pas une sorte de RER à Strasbourg ?

TRANSPORTS L’Association des usagers des transports en urbains strasbourgeois (Astus) propose la mise en place d'une sorte de RER pour relier les communes de l'agglomération et de limiter les trains qui ont pour terminus la gare de Strasbourg…

Gilles Varela

— 

TER en gare de Strasbourg. (illustration)
TER en gare de Strasbourg. (illustration) — G. VARELA /20 MINUTES
  • L’idée d’un RER pour desservir les communes de l’agglomération fait son chemin.
  • Ce service s’ajouterait à l’offre TER existante en limitant la création d’infrastructures particulières.
  • Cela permettrait également, selon l’association des usagers de transports en commun ASTUS, de réduire l’usage de la voiture.

Le temps perdu en gare de Strasbourg pour attendre une correspondance mais aussi des fréquences irrégulières et peu attractives dans certaines gares participeraient aux embouteillages toujours un peu plus nombreux sur les routes de l’agglomération strasbourgeoise.

Des trains traversants

« Quotidiennement, les automobilistes de la seconde couronne, soit un rayon de 30 km autour de Strasbourg, préfèrent encore utiliser leur voiture pour se rendre sur leur lieu de travail. Une personne qui vit à Brumath et travaille à la Vigie ne prend pas le train », illustre Patrice Paul, vice-président d’Astus (Association des usagers des transports en commun strasbourgeois).

Dans le viseur de l’association, qui s’appuie sur l’étude complète d’un étudiant en Master d’aménagement et d’urbanisme, Ibiro Ahmed Ibiro, la majorité des trains régionaux (TER) ont « pour terminus la gare centrale de Strasbourg, avec des correspondances qui dissuaderaient » de nombreux usagers. Même si l’association admet que l’infrastructure ferroviaire et le réseau CTS sont « particulièrement denses et présente de nombreux atouts », elle espère voir se développer le rôle du train dans la desserte de l’ensemble de l’agglomération. Un peu plus de « lignes traversantes » donc, mais aussi un réseau métropolitain qui s’intercalerait avec celui du TER, un plus.

>> A lire aussi : Alsace: La SNCF annonce des modifications dans la desserte des TER

Son principe serait le suivant : conserver l’offre TER existante tout en créant une nouvelle offre centrée sur l’Eurométropole, limité à un périmètre de 20 à 30 km autour de la gare centrale de Strasbourg avec une desserte de toutes les gares (même les gares intermédiaires) et un cadencement toutes les demi-heures en journée et toutes les heures en soirée, adapté au réseau urbain, notamment à proximité des pôles d’échanges, afin de faciliter l’intermodalité entre les transports.

Proposition Ibiro Ahmed Ibiro pour ASTUS
Proposition Ibiro Ahmed Ibiro pour ASTUS - ASTUS

Utiliser les lignes et les infrastructures existantes

Toujours selon ASTUS, ce RER permettrait concrètement, d’aller d’Herrlisheim à Offenbourg sans correspondance, de Mommenheim à Molsheim ou bien encore d’Haguenau à Kehl. Ces trois nouvelles lignes s’ajouteraient aux dessertes actuelles. Elles « s’intercaleraient, car il y a encore de la marge de manœuvre », assure David Wendling, chargé d’étude à l’association. Atout majeur, ces lignes utiliseraient les mêmes rails. Seules six « haltes » sur le réseau devraient être créées, ainsi que quelques voies « d’évitement ». Enfin, quelques lignes existantes devraient être électrifiées ce qui permettrait aux trains d’accélérer et de ralentir plus vite et au passage de réduire la pollution, des rames diesel étant toujours en activité.

Pour l’heure, le projet qui n’est pas encore chiffré mais aurait reçu selon ASTUS « un bon écho à la Région Grand Est et l’Eurométropole », même si la SNCF reste à convaincre en cette période de restriction budgétaire. Après tout, « un projet similaire est déjà en cours de réalisation dans la région de Fribourg et sera opérationnel en 2020 », chiffré à 290 millions d’euros. Soit « environ la moitié du projet du Grand contournement ouest (GCO) », souligne, non sans arrière-pensée, l’association ASTUS…