Strasbourg: Alors, qui va rouler pour la nouvelle Manufacture des tabacs?

ECONOMIE Cela avance à grands pas pour la Manufacture des tabacs, le bâtiment emblématique de la Krutenau qui devrait devenir un lieu de vie important dans la cité. Petits tours des projets…

Gilles Varela

— 

La manufacture des tabacs . Le 19 06 2008
La manufacture des tabacs . Le 19 06 2008 — G . VARELA / 20 MINUTES
  • Les projets pour occuper le site de la Manufacture des tabacs dans le quartier de la Krutenau prennent formes.
  • Le site, ouvert sur le public et le quartier, avec des restaurants, des start-up, une auberge de jeunesse nouvelle génération et l’université semble avoir trouvé chaussure à son pied.

Il y avait beaucoup d’élus et de monde pour la présentation à la presse des projets de la Manufacture des tabacs. C’est dire si ce site concerne tous les Strasbourgeois. Un lieu, qui fait partie du patrimoine de la ville, même si c’est la SERS (Société d’aménagement et d’équipement de la région de Strasbourg) qui depuis 2015 en est la propriétaire. Un lieu stratégiquement bien placé avec ses 15.000 m2 situés au cœur de l’université, à 600 mètres de la cathédrale.

>> A lire aussi : Ça fume à la manufacture des tabacs

Un lieu d’autant plus mystérieux que pendant des années, refermé sur lui-même, il suscitait toutes les curiosités, comme l’a rappelé le maire, Roland Ries. Celles-ci seront bientôt satisfaites car la majorité des partenaires et opérateurs de « la forteresse aux hauts remparts » sont désormais identifiés, avec pour volonté commune de s’ouvrir sur le quartier, d’être accessible à chacun, d’être un projet fédérateur urbain. Et qui devrait devenir un lieu qui permettra un foisonnement d’usages, un lieu de ressources alternatif, vivant et animé. Trois axes sont développés. Voilà donc à quoi il faut s’attendre.

Un écosystème autour des arts et des sciences

L’université aura une place primordiale au sein de la manufacture. Près de 10.000 m2 seront consacrés à un pôle d’excellence « Géoscience, eau, environnement, ingénierie (G2EI). » Cela permettra de regrouper les activités d’enseignement de l’Ecole nationale du génie de l’eau et l’environnement de Strasbourg (Engees) et de l’école et l’observatoire des sciences de la terre (EOST). A terme, un millier d’étudiants et 200 chercheurs et personnels y seront accueillis. Les travaux débuteront en début d’année et devraient être achevés en 2020, si tout se passe bien. Les artistes seront aussi de la partie avec un déplacement partiel de la Hear (ex arts déco). Leurs activités pédagogiques bénéficieront ainsi de locaux plus adaptés.

Un lieu de vie et de rencontre

Une auberge de jeunesse, « nouvelle génération » occupera près de 3.000 m2. C’est France hostels, une start-up qui développe un réseau d’auberges de jeunesse alternatives sur un modèle anglo saxon, qui a été retenue pour le projet. L’hostel, accessible à tous, proposera petits prix 266 lits avec des chambres allant de deux à huit places.

Restaient 5.000 m2, répartis sur trois lots, dont auune fonction n’avait été prédéfinie. Plusieurs porteurs de projets ont été retenus, même s’il reste encore 1.000 m2 à attribuer. Il s’agit de LAB, qui va créer un pôle d’alimentation bio et de promotion de l’agriculture biologique. Au programme, un magasin de producteur, une épicerie (bio évidemment), une sandwicherie bar à salades, un restaurant vegan, un restaurant traditionnel et une brasserie. Tous ces espaces seront situés au centre de la manufacture près de l’ancienne chaufferie).

Un incubateur d’entreprises innovantes d’Alsace, SEMIA, associé à ACCRO, va proposer sur 1.900 m2 tout un pôle entrepreneuriat. avec un incubateur de jeunes entreprises, une école de la start-up et de la créativité…

Un lieu ancré dans la ville

Les associations du quartier, comme Ahbak et Cardek vont créer un pôle d’animation urbain pour favoriser le lien et le développement social, environnemental et économique et les « initiatives citoyennes. »

Le projet dans son ensemble devrait être achevé aux alentours de 2020. Et pour patienter, pour les curieux, des visites guidées seront organisées lors des journées européenne du patrimoine le 16 et 17 septembre prochain. Pour voir enfin ce que la forteresse a dans le ventre.