Strasbourg: Avec les drôles de projections du festival du film fantastique, n'ayez pas peur de la rentrée

EVENEMENTS «Les dents de la mer II» au bassin d’Austerlitz, «Indiana Jones» au pied de la cathédrale, projection en voiture et nuits d’horreur au musée figurent au programme du festival du film fantastique de Strasbourg, dès le 15 septembre…

Bruno Poussard

— 

Après avoir réunie jusqu'à 5.000 personnes, la traditionnelle zombie walk du festival européen du festival fantastique de Strasbourg se déroulera de nouveau cette année en déambulation, après une année en mode apéro zombie. Illustration
Après avoir réunie jusqu'à 5.000 personnes, la traditionnelle zombie walk du festival européen du festival fantastique de Strasbourg se déroulera de nouveau cette année en déambulation, après une année en mode apéro zombie. Illustration — G. Varela / 20 Minutes
  • Le Festival européen du film fantastique de Strasbourg revient pour sa dixième édition du 15 au 24 septembre 2017, avec dix événements décalés.
  • Ainsi, Les dents de la mer II seront diffusés sur un écran flottant au bassin d'Austerlitz, tandis qu'un drive-in sera organisé sur le parking des Halles.

Cette fois, la dixième édition approche sérieusement. Avec l’ouverture de la billetterie ce mercredi (dans les cinémas et sur Internet), le compte à rebours du festival européen du film fantastique de Strasbourg 2017 a commencé : J-17, J-18, J-16, désormais… Et pour la première décennie de l’événement, l’organisation a décidé de marquer le coup.

>> A lire aussi : Comment gérer sa peur devant un film fantastique?

« Clin d’œil, on a donc dix événements décalés cette année », rebondit Daniel Cohen, le directeur artistique. Dans la lignée des Dents de la mer aux bains municipaux ou de Jurassic Park au pied de la cathédrale, le FEFFS, son petit nom, a réfléchi à d’autres idées insolites. Tour d’horizon des drôles de rendez-vous, du 15 au 24 septembre :

  • Les dents de la mer II viennent s’amarrer à Strasbourg, mais sur un écran flottant dans le bassin d’Austerlitz, devant la presqu’île Malraux, dimanche 17 septembre.
  • Un drive-in (soit une projection au volant d’une voiture à l’arrêt) de Christine de John Carpenter depuis une Citiz sur le toit du parking des Halles, lundi 18 septembre.
  • La projection de plein air sur la place du château proposera cette année Indiana Jones et les Aventuriers de l’arche perdue, mercredi 20 septembre.
  • La zombie walk fera peut-être son retour, en se terminant par un apéro zombie, organisé le samedi 16 septembre à Strasbourg et animé par un groupe de musique.
  • Deux soirées horrifiques se tiendront au musée alsacien, avec la Grüselnacht, samedi 16 septembre, et la Haxenacht (celle des sorcières, interdite aux moins de 18 ans) mardi 19 septembre.
  • Un bal de vampires sera enfin aussi organisé au sein du magnifique palais universitaire de Strasbourg, jeudi 21 septembre.
  • Un jeu d’enquête pour les plus de 12 ans se déroulera par ailleurs dans la ville de Strasbourg, au départ de la place Saint-Thomas.
  • Une caravane ensorcelée, pour les enfants quant à elle, prendra place au même endroit, au village fantastique de la place Saint-Thomas.

Les projections improbables ne sont pas pour autant une obligation pour faire parler du festival déjà bien (re)connu. Plutôt une attente de la part d’une partie du public. « Comme ça fonctionne et qu’il y a du monde au rendez-vous, on continue », explique Daniel Cohen. Avec du nouveau, toujours. « Car tout le monde nous attend au tournant ! »

>> A lire aussi : Strasbourg: Attaque réussie pour « Les dents de la mer» à la piscine

Des événements plus grand public pour attirer plus largement

Tous dans l’esprit de ce festival fantastique strasbourgeois qui continue de monter (en attestent les invités, dont William Friedkin cette année, le réalisateur de L’Exorciste), ces événements grand public visent aussi à parler plus largement d’une certaine forme de cinéma que le festival défend, en élargissant ainsi par là son socle.

>> A lire aussi : VIDEO. Strasbourg: Trois raisons d'aller au Festival européen du film fantastique

« Ils permettent d’attirer des personnes qui ne seraient peut-être pas venues au festival autrement, embraye Daniel Cohen. On a espoir que ces projections leur donnent envie de découvrir d’autres choses en salle, que ce soit cette année ou la suivante ! » Même si tous les spectateurs des Dents de la mer n’iront pas voir Ça, l’attendu film d’ouverture.

La première zombie walk, déjà une réussite en 2009

Ces projections et événements décalés seraient nés en 2009, avec la première zombie walk. « On en voyait un peu partout dans le monde, on se disait qu’il fallait absolument en faire une à Strasbourg, un samedi après-midi, quand la ménagère de plus de 50 ans va faire ses achats, rigole Daniel Cohen. Festif, un peu mauvais genre, ça nous amusait. »

>> A lire aussi : Strasbourg: La Zombie Walk 2016 est annulée

Depuis la réussite de la première - avec un millier de zombies d’entrée -, la réussite événementielle du FEFFS n’a fait que s’amplifier, année après année. Le village fantastique pour que les festivaliers se rencontrent et les projections à la cathédrale ont marqué d’autres belles étapes. D’où l’attente, aujourd’hui, de nouveauté continuelle.

Ce qui sera également le cas dans les salles sombres, le cœur du festival, avec deux compétitions toujours aussi attendues, des midnight movies et d’autres rétrospectives. « Les gens attendent  la programmation, le socle s’élargit, confirme en conclusion Daniel Cohen, en plein rush. On a de plus en plus de spectateurs en salle chaque année. »

 

Pratique. Si certains événements sont gratuits, d’autres nécessitent d’acheter des billets. Les places - comme celles de la programmation officielle du festival - sont disponibles depuis l’ouverture des caisses des cinémas partenaires (Star, Vox, & UCG Ciné Cité) ce mercredi 30 août, et sur Internet pour quelques événements, comme le drive-in de Christine en haut du parking des Halles (pour lequel de nouvelles places seront toutefois remises en vente au village fantastique le dimanche 17 septembre). Plus d’infos sur le site du FEFFS.