Strasbourg: Vivant dans un camp, une famille de migrants et leur fille handicapée seront logées

JUSTICE Selon une décision du tribunal administratif de Strasbourg, lundi, l’Office français de l’immigration et de l’intégration doit loger sous 48 heures une famille de demandeurs d'asile vivant en tente, avec un enfant handicapé...

Bruno Poussard

— 

Certains demandeurs d'asile ont commencé à s'installer dans la rue du Rempart, à proximité de plusieurs associations caritatives, à Strasbourg, au printemps 2017.
Certains demandeurs d'asile ont commencé à s'installer dans la rue du Rempart, à proximité de plusieurs associations caritatives, à Strasbourg, au printemps 2017. — Capture d'écran / Google Street View.

Installés pour certains depuis le début du printemps, des demandeurs d’asile vivent sous des tentes à quelques centaines de mètres du centre-ville de Strasbourg, dans la rue du Rempart, derrière les voies de chemin de la gare. Mais une décision du tribunal administratif de Strasbourg tombée lundi pourrait faire évoluer leur situation.

>> A lire aussi : Trente-cinq bébés dorment dans la rue à Strasbourg, des associations tirent la sonnette d'alarme

L’Office français de l’immigration et de l’intégration condamné

C’est en tout ce que nous apprend Rue 89 Strasbourg ce mardi. En charge de l’accueil des migrants pendant leurs cinq premières années en France, l’Office français de l’immigration et de l’intégration doit ainsi fournir un logement à une famille de quatre demandeurs d’asile. Et ce, dans les 48 heures afin qu’ils quittent le camp jugé insalubre.

Arrivée en France début juillet et enregistrée comme demandeuse d’asile depuis 2 août selon la plaidoirie de son avocate citée par nos confrères, la famille compte notamment une enfant handicapée, en fauteuil roulant. Les avocats des autres demandeurs d’asile espèrent que cette première décision judiciaire fera donc jurisprudence.