Attentats en Catalogne: Après avoir sauvé sa fille, un Alsacien toujours hospitalisé dans un état critique

TERRORISME Grièvement blessé en sauvant sa fille dans l’attentat à la voiture bélier sur les Ramblas à Barcelone, un père de famille alsacien d’une trentaine d’années est toujours hospitalisé en Espagne…

B.P.

— 

Le père de famille a été touché en sauvant sa fille lors de l'attentat sur les Ramblas à Barcelone. Illustration
Le père de famille a été touché en sauvant sa fille lors de l'attentat sur les Ramblas à Barcelone. Illustration — Photo Muddy Ignace/DYDPPA/REX/Shutterstock.

Le père de famille attend maintenant de subir une lourde opération. Grièvement blessé dans l’attentat à la voiture bélier sur les Ramblas jeudi 17 août, cet Alsacien d’une trentaine d’années est à l’heure actuelle encore hospitalisé à Barcelone, selon le témoignage de sa femme dans les colonnes des Dernières nouvelles d’Alsace.

En vacances à Roses, non loin de la frontière française au nord de Barcelone, la famille originaire de Val de Moder dans le Bas-Rhin était ce jour-là en visite dans la capitale catalane. C’est en traversant la grande avenue touristique à la sortie d’un marché qu’ils ont vu la meurtrière fourgonnette blanche arriver en leur direction.

>> A lire aussi : VIDEO. Attentats en Catalogne: Ce que l'on sait de l'attaque d'une fourgonnette sur les Ramblas à Barcelone

Immobilisé dans son lit d’hôpital depuis son réveil

La réaction du père de famille du nord de l’Alsace a sauvé leur fille (simplement touchée par le rétroviseur), tandis que la mère s’écartait avec leur fils. « Lui a juste eu le temps de tirer le bras de ma fille sur le côté sinon elle se faisait écraser, décrit la maman par téléphone à nos confrères. Il s’est retourné et s’est pris le véhicule en pleine face. »

Traîné selon la mère de 33 ans sur « une cinquantaine de mètres », le papa a été retrouvé « inconscient » et « gisant dans son sang ». Avant de se réveiller grâce aux tout premiers soins, mais grièvement blessé. Il est depuis immobilisé dans son lit d’hôpital, où une cellule psychologique française accompagne la famille alsacienne. « C’est un héros, ajoute la mère. Il a sacrifié sa vie pour sauver celle de sa fille. »