Des supporters strasbourgeois agressés à Lyon ont bien vraiment été invités par l'OL

FOOTBALL Ce n'est pas le cas de tous, mais des fans strasbourgeois agressés par des hooligans à Lyon début août ont finalement bien reçu une invitation de la part de l'OL pour assister à un autre match ...

Bruno Poussard

— 

Les agressions de supporters strasbourgeois de la part de quelques hooligans lyonnais se sont produits aux abords du Parc OL ou même dans l'enceinte du stade. Illustration
Les agressions de supporters strasbourgeois de la part de quelques hooligans lyonnais se sont produits aux abords du Parc OL ou même dans l'enceinte du stade. Illustration — ROMAIN LAFABREGUE / AFP
  • Plus deux semaines avec les agressions de quelques supporters strasbourgeois à Lyon, «Le Progrès» rapporte que des victimes auraient été invitées au Parc OL.
  • Mais plusieurs des fans alsaciens concernés (et qui ont déposé plainte) nous affirment ne rien avoir reçu de formel et critiquent la communication lyonnaise.

Une brève parue dans les colonnes du Progrès a relancé le sujet, ce lundi. Plus de deux semaines après les agressions subies par des supporters strasbourgeois au Parc OL en ouverture de la Ligue 1 (et pour le retour du Racing !), l’Olympique lyonnais en aurait invité à assister à un autre match dans son enceinte. Un petit geste.

>> A lire aussi : Des supporters alsaciens agressés par des fans de l'OL

Mais l’information a vite été nuancée par certains fans alsaciens concernés. A la connaissance de la majorité de ceux que nous avons réussi à joindre ce lundi, aucune telle invitation n’aurait en fait été formulée. « Nous n’avons rien reçu du tout, affirme entre autres Charles*, proche de six autres personnes qui ont, comme lui, porté plainte. Pas d’excuse non plus. »

Discussion informelle avec le responsable de la sécurité du stade

Auteur du témoignage très relayé sur les réseaux sociaux et dans la presse, Thomas, dont le beau-frère a par ailleurs été victime d’une triple fracture de la clavicule, n'est pas dans le même. Ce mardi, il a même été relancé par le responsable de la sécurité du stade de l’OL pour la transmission d'une telle invitation par email.

« Deux jours après l’agression, il nous avait déjà dit de le contacter la prochaine fois qu’on reviendrait à Lyon afin qu’ils nous invitent au stade », complète ce proche de la victime la plus touchée dans ces agressions de hooligans lyonnais. Contactée via son chef de presse, la formation rhodanienne ne nous a pas répondu pour savoir combien d'invitations ont été envoyées.

>> A lire aussi : Supporters strasbourgeois agressés: L'OL dénonce la violence et se portera partie civile

« Leur communication est juste ignoble »

Touché au cou, Thomas n’a pas d’avis tranché sur la réaction de l’Olympique lyonnais : « On pourrait voir cela comme la moindre des choses, mais je pense qu’ils veulent peut-être simplement tenter d’arrondir les angles. » D’autres victimes sont plus dures, en parlant d’une volonté de se donner bonne conscience.

« Après la publication du témoignage, leur comportement a été désastreux », tranche Charles, 29 ans. Surenchère d’Armand* : « Leur communication est juste ignoble. » Ces victimes strasbourgeoises ont notamment gardé en travers de la gorge la première réaction du club en forme de possible remise en cause de leurs témoignages.

Plus d’une dizaine de plaintes déposées par des Alsaciens

Plusieurs supporters strasbourgeois, venus pour l’essentiel en dehors du déplacement collectif dans le parcage, ont raconté après la rencontre leurs agressions aux abords - sur les parkings - ou au sein même de l’enceinte du Parc OL - comme aux toilettes. Selon nos informations, un peu plus d’une dizaine de plaintes auraient depuis été déposées.

Après une nouvelle analyse de vidéos effectuée la semaine passée au nouveau stade des Gones, l’enquête serait à cette heure encore en cours. Trois personnes impliquées dans les violences pourraient être reconnaissables sur les images, sans toutefois avoir forcément été identifiées. Les victimes attendent encore, elles, d’en savoir plus.

*Les prénoms marqués d’une étoile ont été modifiés à la demande des personnes interrogées.