Strasbourg : L’Unesco élargit à la Neustadt le secteur classé au patrimoine mondial

PATRIMOINE A Strasbourg, le secteur classé au patrimoine mondial de l'Unesco a été étendu ce dimanche par l'organisation mondiale...

Olivier Aballain

— 

La rue du Maréchal-Foch est un exemple du patrimoine architectural de la Neustadt.
La rue du Maréchal-Foch est un exemple du patrimoine architectural de la Neustadt. — G. Varela / 20 Minutes
  • L’Unesco a élargi le secteur classé au patrimoine mondial de l’Unesco
  • Le quartier de la Neustadt, construit sous l’empire allemand, fait figure de symbole de la réconciliation franco-allemande

C’est l’aboutissement d’une candidature lancée en janvier 2016. L’organisation mondiale de Nations Unies pour la culture, l’Unesco, a validé ce dimanche l’extension à la Neustadt du périmètre du centre-ville de strasbourg classé au « patrimoine mondial ».

>> A lire aussi : Les histoires méconnues de la Neustadt, candidate au patrimoine mondial de l’Unesco

On savait déjà que le site strasbourgeois faisait partie des quinze candidats (sur 35) faisant l’objet d’un avis favorable avant délibération des 21 membres du comité, réunis à Cracovie (Pologne). Le passage devant le comité a ressemblé à une formalité, l'ensemble des intervenants saluant la qualité du dossier présenté par les autorités françaises.

Un autre site français, le marae (lieu sacré millénaire) de Taputapuātea, en Polynésie, a été distingué plus tôt ce dimanche.

Une extension en symbole de la réconciliation franco-allemande

Tout un secteur de la capitale alsacienne, la Grande-Île, bénéficiait déjà du label « patrimoine mondial » depuis 1988. Mais dorénavant, le quartier sauvegardé inclut un autre pan de la riche histoire de la ville : la Neustadt a été construite sous la direction de l’empire allemand, entre 1880 et 1918.

Plaque rappelant l'inscription de la Grande-Île de Strasbourg au patrimoine mondial de l'Unesco
Plaque rappelant l'inscription de la Grande-Île de Strasbourg au patrimoine mondial de l'Unesco - Niko67000 / Wikimedia Commons

La cité alsacienne a bâti sa candidature autour de ce « symbole de la réconciliation franco-allemande ». Le nouvel ensemble (vieille ville médiévale française, nouvelle ville de période allemande) constitue, pour le ministère de la Culture, un diptyque représentatif « d’une culture de la ville proprement européenne ».

En pratique, le nouveau secteur inclut désormais la zone située au nord de la Grande-Île. La place de la République et ses rues attenantes avaient été aménagées après l’annexion de l’Alsace, dans la foulée de la guerre franco-allemande de 1870-71.

Centre de Strasbourg. En bleu, le secteur de la Grande-Île; en vert, l'extension au Neustadt
Centre de Strasbourg. En bleu, le secteur de la Grande-Île; en vert, l'extension au Neustadt - O. Aballain / 20 Minutes / Google Maps

D'après un rapide repérage des zones nouvellement classées, le périmètre du secteur inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, à Strasbourg, s’élargit d’un bon 65 hectares pour atteindre, dorénavant, environ 150 hectares.

«Strasbourg a longtemps été, par le passé, associée à une histoire douloureuse, a rappelé le sénateur-maire Roland Ries (PS).  Cette décision est aujourd'hui une grande fierté».