Alsace: Des grands hamsters lâchés à La Poste dans une commune à côté de Strasbourg

ANIMAUX Dans le cadre d’une étude du CNRS, des grands hamsters ont été lâchés sur un site de La Poste à Holtzheim, afin de participer à la préservation de cette espèce alsacienne toujours menacée…

Bruno Poussard

— 

Des grands hamsters ont lâchés en milieu périurbain, à Holtzheim, dans la grande périphérie de Strasbourg.
Des grands hamsters ont lâchés en milieu périurbain, à Holtzheim, dans la grande périphérie de Strasbourg. — Nicolas Busser / CNRS / Life Alister.

Les grands hamsters s’invitent à La Poste. Sur la plateforme industrielle de courrier de Holtzheim, en périphérie ouest de Strasbourg, plusieurs spécimens de l' espèce protégée toujours menacée en Alsace ont en fait été lâchés ce lundi 3 juillet dans le cadre d’une nouvelle étude de chercheurs du CNRS et de l’Université de Strasbourg.

>> A lire aussi : Bonne nouvelle! La population du grand hamster d’Alsace, espèce menacée, est en hausse

Equipé d’une nouvelle prairie fleurie et de pré-terriers, ce site pilote de La Poste vise à expérimenter la réintroduction de grands hamsters en zones périurbaines, nouvelles par définition et à mi-chemin entre ville et campagne. Après la première phase et la sensibilisation des habitants cet été, l’hibernation, jusqu’en mars 2018, sera très surveillée.

Une idée venue d’Autriche

D’après les responsables du projet européen Life Alister, visant à sa protection, les scientifiques vont se pencher sur « la pertinence d’utiliser ces zones, en général dotées d’espaces verts et de moindres activités humaines la nuit. » Déjà, cette technique de cohabitation a été utilisée dans certains pays comme l’Autriche, à l’origine de l’idée.

>> A lire aussi : Des agriculteurs prennent soin du grand hamster (toujours menacé) avec des doubles cultures

En parallèle de cette idée et de nouvelles mesures gouvernementales annoncées fin 2016, des exploitants agricoles expérimentent notamment aussi des doubles cultures pour tenter de préserver le grand hamster d’Alsace, poussé à manger ses bébés par une surconsommation de maïs uniquement. Sa population est justement en légère hausse.