Cyclisme: Des anti-nucléaires envisagent de bloquer le Tour de France en Haute-Marne

SPORT De passage en Haute-Marne à proximité du gros projet d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure le jeudi 6 juillet entre Vesoul et Troyes, le Tour de France pourrait se voir perturber...

B.P.
— 
Le parcours de la sixième étape du Tour de France que des militants anti-nucléaires envisagent de bloquer.
Le parcours de la sixième étape du Tour de France que des militants anti-nucléaires envisagent de bloquer. — Photo letour.fr.

L’opération a même déjà un nom : « Le Tour de France ne passera pas par là ! » Lancée lundi 26 juin par des militants anti-nucléaires de l’est du pays, elle vient déjà de recueillir 120 signataires (jusqu’à ce mercredi matin) sur une pétition ouverte en ligne, avant la sixième étape de la course cycliste, entre Vesoul et Troyes le jeudi 6 juillet.

>> A lire aussi : A Bure, ils résistent contre le projet d’enfouissement de déchets radioactifs, « la poubelle »

« La route du Tour passe à Bar-sur-Aube, à 15 km des poubelles nucléaires du Soulainois, peut-on notamment y lire. Elle passe également à  Chaumont, à 50 km de la future poubelle de Bure… Elle croise la route du Champagne. Elle se confond avec la route des déchets nucléaires. Elle traverse la carte des métastases nucléaires. »

Des coureurs et des opposants, qui lèvera donc les bras à Troyes ?

Reste à savoir, maintenant, quelle forme prendra l’opération. Pour s’opposer aux « 3,5 millions de m3 de déchets nucléaires qui sont là pour l’éternité » sur le site de stockage de Soulaines et du « patrimoine radioactif enfoui à 500 m sous terre » en projet à Bure, les militants envisagent en effet de bloquer le Tour de France pour faire parler d’eux.

>> A lire aussi : Une forêt cédée par un village pour le projet d'enfouissement de déchets nucléaires

« Le premier problème de Bure, c’est qu’on n’en parle pas, estiment-ils dans un communiqué. Pas assez. » Un opposant prolonge dans L’Est Républicain : « On est dans la dernière ligne droite, à quelques mois de la signature de la demande d’autorisation de construction de Cigéo. C’est le sprint final. » Et les sprinteurs lèveront-ils les bras à Troyes ?