Strasbourg: Jusqu'à 35° en classe dans l'école, les instituteurs conseillent aux enfants de rester chez eux

CANICULE Les enseignants se battent depuis plusieurs années contre les dures conditions pour les élèves de maternelle et de primaire de l'école Marcelle Cahn aux Poteries quand il fait chaud...

Bruno Poussard

— 

A l'école Marcelle Cahn, la température baisse rarement la nuit, lorsque les fortes chaleurs s'invitent.
A l'école Marcelle Cahn, la température baisse rarement la nuit, lorsque les fortes chaleurs s'invitent. — B. Poussard / 20 Minutes.
  • Dans cette école alsacienne située en zone prioritaire, la température approche des 35 degrés dans plusieurs classes avec la canicule, cette semaine.
  • Pour alerter la mairie une nouvelle fois, l'équipe éducative de l'établissement a conseillé aux parents qui le peuvent de garder leurs enfants, jeudi.

Il est tout juste 8 h, et le thermomètre dépasse déjà 30° en classe ce vendredi. Dans un CP de l’école prioritaire Marcelle Cahn aux Poteries, il atteint même 34° à l’arrivée des élèves. Comme en salle de sieste des petits, jeudi. Accompagné par sa mère Carine, Jules débarque vendredi avec deux bouteilles d’eau dans le sac. Le minimum.

>> A lire aussi : Les pompiers interviennent pour un gros coup de chaud de 31 collégiens en Alsace

« Ma fille a très chaud depuis plusieurs jours et dans sa classe, il y a justement eu des malaises », complète Nejma, la maman, en l’amenant, serviette humide sur les épaules. En cours, des maux de tête et saignements de nez auraient aussi été observés ces derniers jours.

Une action de l’ensemble de l’équipe enseignante

Avec la canicule, les instituteurs de l’école ont ainsi décidé ensemble jeudi matin de conseiller aux parents qui le peuvent de reprendre leurs enfants à midi, en poursuivant néanmoins avec les autres des activités dehors, à l’ombre, en plus petit comité pendant l’après-midi.

L'école Marcelle Cahn, pour les maternelles et les primaires, se trouvent aux Poteries, en périphérie de Strasbourg.
L'école Marcelle Cahn, pour les maternelles et les primaires, se trouvent aux Poteries, en périphérie de Strasbourg. - B. Poussard / 20 Minutes.

« En l’absence de ventilateurs ou de climatisation, les conditions sanitaires sont dangereuses, justifie une enseignante à propos de l’action, pas vraiment bien vue par l’inspection académique. Et puis dans ma classe, j’ai aussi un épileptique, par exemple. »

Des problèmes d’aération et des protections du soleil pas uniformes

Construit il y a dix ans, l’établissement (de plus de 300 élèves), peu protégé du soleil d’un côté, a des soucis d’aération. « Moderne, le bâtiment est mal conçu », regrette Jonathan Bourreau, instituteur. « Et à l’intérieur, les enfants suffoquent, et le pire, ce sont les enfants de l’école maternelle », embraye Jean-Marc, un papa.

Si des brumisateurs ont été achetés par la directrice, l’équipe enseignante se bat depuis des années avec les parents pour l’adaptation durable des locaux. Des relevés de température sont faits. La question revient à chaque conseil d’école. « La mairie a réagi, mais le problème n’a jamais été réglé », clame Jonathan​ Bourreau, également représentant du syndicat SNUipp-FSU 67.

Protégée du soleil d'un côté, l'école l'est beaucoup moins de l'autre, où il tape pourtant le matin.
Protégée du soleil d'un côté, l'école l'est beaucoup moins de l'autre, où il tape pourtant le matin. - B. Poussard / 20 Minutes.

« Cette fois, c’est trop, on va taper du poing sur la table »

Après avoir fourni des ventilateurs à deux autres écoles strasbourgeoises en début de semaine, l’adjointe à la vie scolaire Françoise Buffet déclarait jeudi « avoir prévu de se rendre à l’école Marcelle Cahn ». Mais aux Poteries, rien n’a encore bougé.

« Depuis la fin du mois de mai, ma fille de 7 ans a de nouveau les maux de tête qu’elle avait en septembre. Cette fois, c’est trop, on va taper du poing sur la table », prévient Sarah Coëffin, représentante des parents d’élèves, à 100 % derrière l’action.

Vendredi midi, certains parents ont encore d’ici-là choisi de récupérer leurs enfants. « Pour sa sécurité, je préfère », conclut Karine, une maman.