VIDEO. Strasbourg: La page Facebook des Roof Sessions invite les groupes de musique à jouer sur les toits

MUSIQUE Lancée fin 2016, la page Facebook des Roof Sessions Strasbourg invite des groupes, d’Alsace et d’ailleurs, à jouer sur les toits avant de publier les enregistrements en vidéo…

Bruno Poussard

— 

Les Roof Sessions Strasbourg sont nées de l'initiative bénévole de ces deux Strasbourgeois du milieu de la musique. Lancer le diaporama
Les Roof Sessions Strasbourg sont nées de l'initiative bénévole de ces deux Strasbourgeois du milieu de la musique. — B. Poussard / 20 Minutes.
  • Une page Facebook, lancée fin 2016, invite les groupes, de Strasbourg et d'ailleurs à enregistrer un morceau en vidéo sur les toits de la ville.
  • Derrière l'initiative bénévole, deux jeunes strasbourgeois, graphiste ou attachée de presse, dans le milieu de la musique.

La tendance n’est pas vraiment nouvelle. En 1969 déjà, les Beatles ne passaient pas inaperçus en jouant Don’t Let Me Down sur les toits de Londres. Depuis, des groupes comme les Red Hot Chili Peppers ou Blur s’y sont prêtés. Fin 2016, la page Facebook Roof Sessions Strasbourg a décidé de relancer en Alsace cette mode musicale.

>> A lire aussi : «C'est notre travail de participer à l'émergence d'une scène strasbourgeoise», annonce le groupe Lyre le Temps

Ce dimanche, c’est le duo de frangins des Bad Juice qui était invité sur une belle terrasse du centre-ville. En acoustique. Sans leurs habituelles guitare électrique et batterie. Réalisé en quelques prises seulement, à l’image du YouTube anglo-saxon Balcony TV, l’enregistrement vidéo sera ensuite diffusé sur le premier réseau social mondial.

Neuf enregistrements déjà diffusés sur leur page

« On trouvait que c’était une bonne idée mais avant, il faisait un petit peu froid, et Thomas avait peur pour sa guitare toute neuve », rigole David Schmidt, batteur de ce groupe de rock old school. Plus d’une dizaine d’artistes y sont déjà passés. La neuvième production aérienne, avec Freez, récent  finaliste du prix Ricard Live Music, a été diffusée le 11 juin.

Derrière la page lancée rapidement en octobre 2016 se cachent en fait deux jeunes indépendants de 27 et 25 ans, Elsa Constantopoulos et Adrien Berthet. Elle est attachée de presse dans la musique. Lui est photographe, graphiste et vidéaste, également dans le milieu. C’est elle qui dispose depuis peu de la fameuse belle terrasse sur les toits.

>> A lire aussi : Olivia Ruiz sera la tête d'affiche de la fête de la musique en 2017 à Strasbourg

Le duo Bad Juice, qui a récemment sorti son premier album, filmé en steadycam.
Le duo Bad Juice, qui a récemment sorti son premier album, filmé en steadycam. - B. Poussard / 20 Minutes.

Pour le fun et pour le coup de pouce (bénévole) aux artistes

L’idée de la page est née après la fin des sessions filmées de Strasbourg Acoustik dans les lieux publics. La Strasbourgeoise Elsa Constantopoulos confie : « On s’est dit qu’il y avait peut-être une place à prendre ! » Mais plutôt pour le fun et le coup de pouce aux artistes que pour en vivre, puisque les enregistrements et leur diffusion restent bénévoles.

>> A lire aussi : Un compositeur produit un morceau à partir de sons enregistrés dans Strasbourg

« On voulait relancer des trucs intimistes », clame simplement Adrien Berthet, qui filme désormais en steadycam pour plus de mouvement. S’ils ont débuté avec des potes artistes, les créateurs de Roof Sessions Strasbourg reçoivent aujourd’hui même des candidatures. Mais seul le coup de cœur reste maître de leur jugement.

Avec des groupes strasbourgeois et d’autres de passage

« On veut montrer la richesse de la scène musicale à Strasbourg, renchérit Elsa Constantopoulos. En mettant en valeur la scène locale, mais en faisant aussi des sessions avec des groupes de passage. » Ce fut par exemple le cas dès le deuxième son, avec l’Américain Shake it like a caveman, passé en concert au Fat Black Pussycat.

« Aujourd’hui, les groupes ne savent plus trop quoi faire pour sortir du lot alors cette initiative, c’est vraiment pas mal, se réjouit Thomas Schmidt des Bad Juice. Si ça devient une référence, ce sera top pour tout le monde. » Sans limite de style musical, la page s’approche des 1.000 fans. La vitrine de promotion commence à rayonner !

Un premier partenariat. Depuis leur lancement, les deux créateurs des Roof Sessions Strasbourg ont monté un premier partenariat avec l’espace culturel Django Reinhardt au Neuhof. Ils ont ainsi enregistré des sessions avec les quatre groupes de la pépinière d’artistes de la salle, sur une autre terrasse, du côté des Halles, cette fois. Pour l’avenir, des enregistrements dans des lieux publics comme les Ponts couverts sont en réflexion.