Basket: Pourquoi cette rencontre de play-offs entre la SIG et l’Asvel sera un match d’anthologie

SPORT Le match 5 opposant Strasbourg à Villeurbanne se joue ce vendredi à 19h dans la capitale alsacienne. L’épilogue d’une série des demi-finales de play-offs complètement folle…

Alexia Ighirri

— 

Basket: Pourquoi cette rencontre entre la SIG et l'Asvel sera un match d'anthologie
Basket: Pourquoi cette rencontre entre la SIG et l'Asvel sera un match d'anthologie — G. Varela / 20 Minutes
  • Un match 5 est nécessaire pour départager la SIG et l'Asvel dans leur série absolument démentielle en demi-finale des play-offs de Pro A
  • L'ultime rencontre de la série est programmée ce vendredi à 19h au Rhenus de Strasbourg

On a eu envie de pousser les mêmes cris que George Eddy commentant le dunk de Vince Carter quand on a vu la SIG s’imposer mardi sur le terrain de l’Asvel, revenant à 2-2 dans la demi-finale de play-offs de Pro A. Parce que cette série entre Strasbourg et Villeurbanne est complètement dingue. Et que la « belle » qui se dispute ce vendredi à 19h dans la capitale alsacienne s’annonce alors comme un match de basket d’anthologie. Ah, Jean-Michel Rabat-Joie nous souffle dans l’oreillette qu’on exagère un chouïa. Mais laissez-nous vous expliquer quand même en quoi cette rencontre est incroyable.

Parce que chou blanc à domicile. Malgré l’avantage du terrain, la SIG s’est pris les pieds dans le tapis par deux fois. L’Asvel n’avait plus qu’à terminer le travail sur le parquet de l’Astroballe… et puis patatras pour Villeurbanne, c’est Strasbourg qui s’impose les deux matches suivants. C’est le truc fou et inédit avec cette demi-finale : aucune des deux équipes n’a réussi à s’imposer à domicile.

Plus globalement, l’Asvel a perdu pour la onzième fois de la saison à l’Astroballe (dont toutes les rencontres des play-offs). En revanche, pour ce qui est des succès à l’extérieur, Villeurbanne reste sur une série de 14 victoires ; le club alsacien sur une série de dix.

>> A lire aussi: Pression, relâchement, public... Pourquoi l'Asvel perd tous ses matchs de play-offs à domicile

Parce qu’on a aucune idée de qui peut l’emporter. Un point sur les scores des rencontres précédentes : +2, +1, +3, +4. Elles ont été disputées, intenses, et à chaque fois les victoires ne se sont dessinées que dans les dernières secondes du match. Autant vous dire que l’on peut revivre la même chose vendredi, la qualification pouvant tomber dans n’importe quel camp.

Vincent Collet reconnaîtra après le match mardi à Villeurbanne que « le scénario de cette demi-finale est très bien pour l’image du basket français ». Il est un tout petit peu moins bon pour les cœurs fragiles des supporters quand même…
Reste que le suspens est bien à Strasbourg, Chalon s’étant déjà qualifié pour la finale de Pro A aux dépens de Paris-Levallois. Et franchement, il y en a bien plus qu’en finale NBA, Golden State menant trois victoires à zéro contre Cleveland.

Parce que la revanche. Une équipe menée 2 à 0 dans la série et qui renverse la tendance pour obtenir une « belle », des matches tendus, les verts d’un côté, les rouges de l’autre… Ça ne vous rappelle rien ? Souvenez-vous le printemps dernier. Eh oui, l’affiche et le scénario sont identiques à la finale de Pro A l’an passé, perdue par les Alsaciens. Bis repetita ou revanche ?

Parce que Parker et Collet. C’est symbolique évidemment. Mais les matches SIG-Asvel sont aussi un face à face entre le coach strasbourgeois Vincent Collet et le président de l’Asvel Tony Parker. Soit les deux piliers (jusqu’alors) de l’équipe de France de basket, l’un sur le banc l’autre sur le parquet, et proches en dehors des terrains
Contrairement au match 5 en finale l’an dernier, « TP » ne sera pas présent au Rhenus de Strasbourg : il est rentré aux Etats-Unis et ne reviendra qu’en fin d’éventuelle finale de Pro A de l’Asvel.

>> A lire aussi: En route pour la NBA, Frank Ntilikina sera-t-il le nouveau Tony Parker?

Parce que le public est chaud. Quelques dizaines de minutes auront suffi au club alsacien pour vendre tous les billets de ce match 5. Nombreux, les supporters strasbourgeois seront assurément bruyants : ils ont remporté le match des décibels selon une mesure réalisée au cours des matches précédents.