Strasbourg: Sur Facebook Messenger, un bot vous dit où trouver de la place pour garer votre voiture

NUMERIQUE Un développeur d’une trentaine d’années a créé un robot pour aider les conducteurs strasbourgeois à trouver une place de parking dans le centre de la ville via Facebook Messenger…

Bruno Poussard

— 

Le parking Gutenberg offre une des possibilités de se garer dans le centre de Strasbourg, où le stationnement est souvent compliqué. Illustration
Le parking Gutenberg offre une des possibilités de se garer dans le centre de Strasbourg, où le stationnement est souvent compliqué. Illustration — G. Varela \ 20 Minutes
  • Un bot, robot de communication sur Facebook Messenger, vous aide depuis quelques semaines à trouver une place de parking à Strasbourg
  • C’est un jeune développeur d’origine roumaine en Alsace depuis 2010 qui l’a développé bénévolement par curiosité de l’outil

Se rendre dans le centre de Strasbourg en voiture peut vite devenir infernal. Pour faciliter la vie des conducteurs alsaciens en recherche d’une place de parking, plusieurs applications existent déjà.

>> A lire aussi : Quand vous stationnez à Strasbourg, vous êtes observés mais c'est pour la bonne cause

Plus intuitif encore, un jeune développeur vient de créer en mai un nouvel outil, un chatbot sur Facebook Messenger, afin de vous aiguiller vers une solution en quelques secondes.

Les données publiques de l’Eurométropole reliées avec votre localisation

Monté en une grosse journée sur l’application de communication du premier réseau social mondial, ce robot informatique utilise votre localisation et les données publiques des parkings de l’Eurométropole, libres depuis 2013.

L’ouverture d’une discussion avec la page Facebook « ParkingBot Strasbourg » suffit à l’amorcer. Le logiciel vous donne ensuite l’affluence en direct dans un parking choisi, ou la disponibilité dans les trois spots les plus proches de vous.

Le ParkingBot Strasbourg a été discrètement lancé fin mai.
Le ParkingBot Strasbourg a été discrètement lancé fin mai. - A. Ighirri / 20 Minutes.

« A chaque demande d’un utilisateur, mon serveur fait appel à l’Opendata de Strasbourg pour transmettre l’information, avec l’horaire de la dernière mise à jour », décrit Cristian Ciofu.

Une réalisation sur son temps libre, sans but lucratif

Ce développeur web curieux est à l’origine de ce bot inspiré de « TramBots » déjà existants. « C’était un test, je voulais simplement découvrir les bots, raconte le trentenaire d’origine roumaine débarqué à Strasbourg en 2010. Et puis comme tout le monde a  l’appli Messenger, c’est pratique. Aujourd’hui, je l’utilise quand je vais en ville. Des amis aussi. Si ça peut aider d’autres gens, ce serait magnifique. »

Réalisé par curiosité sur son temps libre à partir de documents officiels de Facebook jugés pas toujours clairs – à défaut de tutoriels sur Internet – mais à travers un processus finalement relativement facile, l’outil n’a aucune visée lucrative.

« Je ne vais pas mettre de la pub, c’est quand même assez dégueulasse », s’amuse-t-il. Et de compléter : « L’intérêt, c’est surtout que les gens s’en servent. Mais sans qu’il ne soit super connu pour autant. » Toujours bénévolement, Cristian Ciofu compte néanmoins améliorer son bot, une fois les premiers retours des utilisateurs reçus.