Alsace: Des panneaux solaires flottants installés d'ici la fin de l'année sur un plan d'eau à Illkirch

ENERGIE Dynamique dans le domaine de la transition énergétique, la ville d’Illkirch-Graffenstaden, au sud de Strasbourg, a décidé d’expérimenter des panneaux solaires flottants, sur un plan d’eau artificiel…

Bruno Poussard

— 

Une expérimentation va être lancée sur un plan d'eau alsacien avec des panneaux solaires lacustres, soit flottants.
Une expérimentation va être lancée sur un plan d'eau alsacien avec des panneaux solaires lacustres, soit flottants. — WITT/SIPA.
  • Moteur dans le domaine de la transition énergétique, la ville d'Illkirch-Graffenstaden compte désormais expérimenter des panneaux solaires flottants
  • Sur un plan d'eau artificiel situé dans un parc urbain, elle compte réutiliser l'électricité produite à proximité afin de montrer directement son intérêt

Dans le domaine de la transition énergétique, Illkirch-Graffenstaden, au sud de Strasbourg, a l’habitude de prendre de l’avance. La commune alsacienne aime la nouveauté. Cette année, ce sont des panneaux solaires flottants qui s’apprêtent à être testés ! Pour un des tout premiers parcs solaires dits lacustres de France.

>> A lire aussi : Vaucluse: La première centrale photovoltaïque sur l’eau est en bonne voie

Alors qu’une bien plus grande centrale photovoltaïque flottante est en projet depuis plus de sept ans dans le Vaucluse, Illkirch envisage une petite installation expérimentale. Issu à un peu plus de 40 % d’aides de l’Etat, son plan de financement (de 110.000 euros) a été voté en conseil municipal le 18 mai avant le lancement d' un appel d’offres, déjà en phase de clôture.

Des équipements en autoconsommation et bientôt collaboratifs ?

La ville ne veut pas perdre de temps afin d’installer à l’automne ces panneaux solaires de taille moyenne et reliés les uns aux autres sur l’étang artificiel du Girlenhirsch. Mais pourquoi investir l’eau, au juste ? C’est que la commune de l’Eurométropole de Strasbourg n’a plus beaucoup de place sur les toits des infrastructures municipales…

>> A lire aussi : Strasbourg: Depuis juillet, les lumières d'Illkirch sont éteintes la nuit, et tous les chats (ou presque) sont gris

Une discussion avec une entreprise spécialisée et des exemples au Japon ont permis d’envisager cette piste pour de nouveaux équipements en autoconsommation. Ici, les 40.000 kilowattheures (kWh) produits en un an pourraient ainsi alimenter plus du tiers de la consommation des installations voisines, dont un parc animalier et un club de tennis.

Un but démonstratif pour encourager les énergies renouvelables

« Situés en parc urbain, à proximité d’une promenade, ces panneaux pourront aussi montrer qu’ils ne sont pas sans conséquence directe sur nos besoins et nos modes de consommation », rebondit Emmanuel Bachmann, adjoint au développement durable. A but démonstrateur, ce parc veut participer à changer les mentalités autour de l’écologie.

>> A lire aussi : VIDEO. Strasbourg: Une webcam diffuse en direct la vie d'un couple de faucons en haut d'une église

En fonction des conclusions de l’expérimentation, Illkirch a déjà ciblé un autre site, plus vaste, celui de son ancienne gravière ETM, non loin. Et cette fois, la municipalité imagine même un financement collaboratif. « Avec des personnes individuelles qui pourraient mettre de l’argent sur la table pour être partie prenante », décrit Emmanuel Bachmann.

Quelles conséquences sur les oiseaux et tout l’écosystème ?

En attendant que des habitants investisseurs puissent disposer des retombées économiques de l’électricité produite sur l’eau, d’autres questions se posent. Pour l’écosystème, notamment, sous l’eau et au-dessus. «Les gravières sont des sites importants pour les oiseaux migrateurs, ou de nidification pour d’autres espèces », rappelle Eric Brunissen, de la LPO.

Le naturaliste enchaîne : « Quelle sera la cohabitation avec des cormorans qui viendraient s’installer dessus ? Les oiseaux pourraient-ils être dérangés avec la maintenance des panneaux ? Quels produits de nettoyage seront utilisés ? En cas de dégâts, quelles seraient les conséquences pour la nappe phréatique ? C’est un ensemble à intégrer dans la réflexion. »

>> A lire aussi : Strasbourg: Comment la biodiversité fait son nid dans le béton et les zones industrielles

A Illkirch-Graffenstaden, la volonté est justement d’effectuer un suivi sur plusieurs années, notamment avec en intégrant autour de la table des défenseurs de l’environnement, pour connaître l’impact de ces panneaux flottants sur la faune et la flore. « Mais on ne compte pas couvrir tout l’étang non plus », recadre Emmanuel Bachmann.