Au stade Bollaert, Lens et Strasbourg verront également s'affronter les plus beaux supporters de Ligue 2 dans la course à la montée ce lundi soir.
Au stade Bollaert, Lens et Strasbourg verront également s'affronter les plus beaux supporters de Ligue 2 dans la course à la montée ce lundi soir. — Photos 20 Minutes.

FOOTBALL

Avant le «volcan» attendu pour Lens-Strasbourg, les deux capos décrivent la «beauté» des kops adverses

Dans un stade plein à craquer et dans une ambiance attendue survoltée ce lundi soir, Lens reçoit Strasbourg dans la course à la montée en Ligue 1. Avant de donner de la voix, les capos des deux kops se jaugent…

  • Haut en enjeu pour la montée en Ligue 1, le choc entre Lens et Strasbourg met aussi aux prises les deux plus beaux publics de Ligue 2
  • A l'heure de l'échauffement des voix, les lanceurs de chants des deux groupes ultras se sont prêtés au jeu de l'interview croisée, avec beaucoup de respect

D’un côté comme de l’autre, ce choc est attendu depuis des semaines. Pendant que les 22 acteurs en lice pour la montée révisaient leurs gammes, les ultras ont, eux, préparé leurs voix, tifos et chants pour encourager comme jamais leurs formations cette année. Car ce Lens- Strasbourg voit deux des clubs de Ligue 2 aux plus fervents supporters s’affronter.

>> A lire aussi : Avant Lens-Strasbourg, Baptiste Guillaume explique comment il s'est «bougé le cul» pour exister au Racing

C’est même un « volcan » que promettent les fans nordistes aux 1.600 Alsaciens en déplacement au stade Bollaert ce lundi soir (20h45). A quelques heures du match, Sébastien alias Chonchon et  Jonathan alias Pessimiste, capos strasbourgeois et lensois depuis 16 et 6 ans, font le match des tribunes. Spoiler : à la fin, un Racing va gagner…

Considérez-vous que c’est votre gros voire votre seul adversaire en tribunes cette saison ?

Pessimiste : Cette année, il y a aussi eu le match de Valenciennes mais après… rien d’autre. Par rapport à tous les autres clubs reçus à Lens, ce sera d’ailleurs le seul parcage plein ! C’est un match qu’on attend depuis un moment…

Chonchon : Bien sûr ! Le public lensois a une réputation qui n’est plus à démontrer. Quand le calendrier de la Ligue 2 est tombé, on a tout de suite regardé quand on allait à Lens. Le stade est quasiment plein tout le temps, un peu comme nous désormais, et le public a aussi eu un moment où il a broyé du noir.

>> A lire aussi : Avant Strasbourg-Lens, le lanceur de chants du Racing, Chonchon, raconte sa vie de capo

Quel chant ou mouvement caractérise selon vous les supporters adverses ?

Chonchon : Le fameux chant des Corons, c’est mythique. Est-ce que j’ai été impressionné dans le stade ? Non, parce que ce n’est pas dans ma nature d’être attentiste. Quand j’étais à Bollaert, je n’y ai d’ailleurs jamais fait gaffe. Je fais mon boulot, on reste quand même partisan de notre club.

Pessimiste : Le plus célèbre, je pense que c’est le Stras-bour-geois ! Mais en fait, ils ont énormément de bonnes « gestuelles ». C’est cette agitation, autour d’une grosse profondeur de mouvements, qui est impressionnante !

>> A lire aussi : Lens arrache une victoire cruciale en toute fin de match et se replace pour la montée

Quel est votre avis sur la tribune du kop adverse, Marek à Bollaert, ou Ouest à la Meinau ?

Chonchon : Ce qui est impressionnant c’est le gros boulot des Red Tigers avec des supporters « classiques ». Au fil des ans, le groupe a transformé une tribune un peu « sapin de Noël » en une tribune avec un look un peu moins folklorique. Ça reste quand même un point d’interrogation pour moi : malgré la présence de Lille pas loin, voir cette ferveur à Lens à tous les matchs, c’est beau !

>> A lire aussi : Ligue 2: A quoi joue le RC Lens?

Pessimiste : Quitter leur quart de virage leur a donné un gros coup de boost ! Derrière, ils ont entraîné l’ensemble des supporters, je l’ai bien vu devant leurs derniers matchs. C’est un groupe d’ultras très populaire qui ne lâche rien. Il est connu pour son agitation en tifos ou chants. Pour ses prises de positions aussi. Ou encore pour sa cohésion avec son équipe. Un peu comme nous, en fait.

Quelles sont vos relations avec les supporters adverses ?

Chonchon : Il y a un respect mutuel. Ce ne sont pas des ennemis, pas des amis non plus. Mais on voit les choses un petit peu de la même manière. Il y a des contacts persos, mais pas entre les groupes. Après, ça ne nous empêche pas de boire une bière ensemble avant le match.

>> A lire aussi : Oui, il y aura un écran géant à Strasbourg pour le dernier match de la saison du Racing contre Bourg-en-Bresse

Pessimiste : On a toujours eu de bonnes relations avec eux. On se ressemble quand même un peu dans les mentalités, dans la taille de nos groupes et de nos tribunes, autour de 4.000 personnes. Même si nous, en étant situés un peu plus bas, on porte peut-être plus, on n’a pas la prétention d’être au-dessus de qui que ce soit, on fait ce qu’on a à faire !

Pour la fronde contre la programmation d’un tel match le lundi, vous étiez d’accord, en tout cas…

Chonchon : On peut même l’élargir à tous les ultras de France. Dans le foot moderne, on se bat contre la télévision reine. Quand on a deux des plus gros publics et qu’on fixe le match un lundi, c’est aberrant. La télé fait ce qu’elle veut, la Ligue s’en lave les mains. On sera plus de 1.600 et eux seront à guichets fermés, donc l’ambiance sera là. Notre chance est que le lundi soit férié. Mais globalement, quand il est question de répression, tous les ultras se comprennent.

Pessimiste : On est clairement du même avis et on a d’ailleurs emboîté le pas aux Ultra Boys 90 en publiant également un communiqué à ce propos. Comme nous, les supporters strasbourgeois savent montrer leur opposition à la Ligue, à l’exécutif, pour la Liberté des ultras.

Quel souvenir as-tu du match aller ?

Chonchon : La fin de match. Quand on a échangé les chants. Ça faisait plaisir de voir un parcage plein aussi. Déjà parce qu’il n’y a pas beaucoup de clubs qui peuvent le remplir. Ensuite, parce qu’on avait peur que les Lensois aient une interdiction de déplacement.

Pessimiste : C’était une belle journée de foot avec une énorme osmose à la fin où on s’est répondu pendant au moins cinq ou dix minutes après le coup de sifflet, autour de chants contre la Ligue, par exemple. C’est vrai que ça n’arrive pas souvent, avec les restrictions. C’est de plus en plus compliqué de se rendre dans un parcage à l’extérieur alors qu’on veut juste supporter notre équipe…

Si votre club monte, voudriez-vous que votre adversaire vous accompagne en Ligue 1 ?

Pessimiste : Pour l’élite française, je pense qu’avoir deux clubs emblématiques comme Lens et Strasbourg, avec des stades pleins et de grosses capacités côté supporters, serait forcément un plus ! Mais il nous faut gagner ce soir pour avoir notre destin en mains… C’est ce qu’on attend tous ici, c’est le rêve de tout le bassin minier !

Chonchon : Sans injure aux autres clubs qui peuvent encore prétendre à la montée, si Strasbourg monte, je choisis Lens. Il y a un gros public, des gens qui se déplacent avec ferveur. Ils méritent de monter. On veut voir des stades avec des passionnés !