20 Minutes : Actualités et infos en direct
FAITS DIVERSAgressions à Strasbourg, quinze militants d'extrême droite en garde à vue

VIDEO. Strasbourg: Quinze militants d’extrême droite en garde à vue après les violences contre les antifascistes

FAITS DIVERSAprès des actes d’agression sur des manifestants anti-Macron dimanche soir à Strasbourg, quinze personnes proches de la mouvance d’extrême droite ont été interpellées dans les rues du centre-ville…
Après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République française, les manifestants antifascistes ont été attaqués par des militants d'extrême droite dans le centre-ville, vers 21h. Illustration
Après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République française, les manifestants antifascistes ont été attaqués par des militants d'extrême droite dans le centre-ville, vers 21h. Illustration - G. Varela / 20 Minutes
Bruno Poussard

B.P.

En fin de matinée, ce lundi, quinze personnes sont toujours en garde à vue. Pour des actes présumés d’agression et de violences à l’encontre des manifestants anticapitalistes réunis à Strasbourg après l’annonce des résultats du second tour de la présidentielle, ils ont été interpellés dimanche soir dans les rues du centre-ville.

Tous de nationalité française et pour l’essentiel majeurs (à l’exception de deux d’entre eux), ces personnes par ailleurs proches de la mouvance d’extrême droite d’après les autorités sont en cours d’audition au commissariat de police depuis ce lundi matin.

Des jets de gros pétards pour des actes de violence

Ainsi que 20 Minutes vous le rapportait dès dimanche soir en suivant le cortège de manifestants antifascistes et anticapitalistes partis de la place d’Austerlitz (où se trouvait le QG départemental des partisans d’Emmanuel Macron), l'attaque est survenue à l’intersection de la rue du Dôme et de la rue Brûlée vers 21 h.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Vêtus de noir, capuches sur la tête ou foulards dissimulant leur visage au début de la nuit, ces hommes ont d’abord lancé différents objets dont de gros pétards sur les manifestants, puis foncé violemment en leur direction pour les frapper. Avant la dispersion, et les interpellations.

Sujets liés