Alsace d'abord critique vertement le tandem

L. M. - ©2008 20 minutes

— 

Après le MoDem et le PS, c'est au tour du mouvement régionaliste d'extrême droite Alsace d'abord de se saisir du thème de la démocratie locale. Son président et ex-député FN, Robert Spieler, a annoncé hier que la liste « Strasbourg d'abord », qu'il conduira avec Anne Kling, a pour ambition de « libérer la ville de la dictature du tandem ». Selon lui, Fabienne Keller, maire UMP de Strasbourg, et Robert Grossmann, président UMP de la CUS, « se comportent de manière inacceptable à l'égard de l'opposition et des Strasbourgeois par leur arrogance, leur paranoïa et leur mépris ». Robert Spieler affirme en outre « vouloir redonner vie à la démocratie de proximité en permettant notamment aux adjoints de quartier de disposer d'une véritable autonomie et d'un budget ».

Le leader d'Alsace d'abord se présente par ailleurs comme le défenseur « de l'identité alsacienne, française et européenne ». Farouche opposant à la grande mosquée en construction, il estime que « le risque est à présent de voir naître un projet de faculté de théologie musulmane à Strasbourg ». Enfin, à propos de la lutte contre l'insécurité, autre axe prioritaire de sa campagne, Robert Spieler accuse l'équipe municipale sortante d'occulter « les vrais chiffres ».