Strasbourg: Des modes de scrutin par notation testés par des chercheurs dans deux bureaux de vote

ELECTION A l’occasion de ce premier tour de l’élection présidentielle, des chercheurs strasbourgeois proposent aux électeurs de deux bureaux de voter également par notation et approbation pour le bien d’une expérience…

Bruno Poussard

— 

Les électeurs des bureaux de vote de la Bourse à Strasbourg sont invités à voter une deuxième fois pour le bien d'une nouvelle expérience universitaire à l'occasion de ce premier tour de la présidentielle 2017.
Les électeurs des bureaux de vote de la Bourse à Strasbourg sont invités à voter une deuxième fois pour le bien d'une nouvelle expérience universitaire à l'occasion de ce premier tour de la présidentielle 2017. — B. Poussard / 20 Minutes.

« Au moins là, j’ai pu voter pour les deux candidats qui me plaisent au lieu d’être forcée d’en choisir un ! » Si elle a eu besoin d’explications, Blandine se réjouit de découvrir une nouvelle idée. Dans la salle de la Bourse à Strasbourg, plusieurs autres modes de scrutin sont en fait expérimentés par une équipe de chercheurs de l’Unistra et du CNRS.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Présidentielle: Le taux de participation à midi, l'un des meilleurs depuis plus de 40 ans

Après leur passage dans l’isoloir à l’occasion du premier tour de la présidentielle 2017 ce dimanche, les électeurs de deux bureaux du centre sont donc invités par l’économiste Herrade Igersheim et son équipe d’enseignants et d’étudiants à voter (pour trois candidats) par approbation et (pour les onze) par notation, de 0 à 3 ou encore de -1 à 2.

« Voter pour un seul candidat ne fait plus vraiment sens »

« C’est bien, ça m’a permis de mettre zéro à tout le monde ! », rigole un retraité, néanmoins pas vraiment pour remplacer le scrutin uninominal à deux tours. Les chercheurs, eux, ne sont pas des militants, ils veulent montrer d’autres systèmes possibles. « Tout aussi acceptables et cohérents, complète Herrade Igersheim. Il s’agit de nourrir la réflexion. »

« On peut très bien soutenir différents candidats, il n’y aura toujours qu’un seul élu, défend la scientifique. Aujourd’hui, voter pour un seul candidat ne fait plus vraiment sens dans la prise de décision collective. »

Voilà quelques mois, l’expérience de La primaire ouverte a au moins permis de mettre en lumière d’autres modes de scrutin, dans la même veine. Des idées qui rentrent doucement dans les têtes des électeurs. « Il y a une tendance de fond, mais la vague est très lente », regrette Herrade Igersheim.

>> A lire aussi : Les candidats notés de zéro à vingt par les électeurs de la Bourse

Dans les Alpes ou en Normandie dans le même temps

Comme en 2007 puis en 2012 (autour de votes de zéro à vingt), l’économiste spécialiste des choix sociaux réalise cette nouvelle expérience avec plusieurs confrères, à Grenoble dans les Alpes ou Hérouville Saint-Clair en Normandie. Chaque bureau teste un dispositif différent. Avec la note négative comme nouveauté en Alsace.

L'économiste Herrade Igersheim passe toute la journée à solliciter les électeurs de ces deux bureaux pour les encourager à participer à ces nouveaux tests.
L'économiste Herrade Igersheim passe toute la journée à solliciter les électeurs de ces deux bureaux pour les encourager à participer à ces nouveaux tests. - B. Poussard / 20 Minutes.

Avant l’analyse scientifique prolongeant des travaux lancés lors de l’élection présidentielle 2002, les électeurs recevront les résultats au mois de juin. « Il faut essayer, félicite Laurent. Je pense que la notation est trop compliquée pour le dépouillement, mais l’approbation, pourquoi pas. Enfin, il faudrait déjà que le vote blanc soit reconnu… »