Présidentielle : plusieurs bureaux de votes fermés temporairement après des alertes

FAITS DIVERS A Besançon (Doubs), deux bureaux de vote ont dû fermer un moment, à cause d’un véhicule suspect arrêté à proximité, de la fuite de ses occupants et d’un fusil retrouvé. A Saint-Omer (Nord), un autre véhicule suspect a également conduit à une fermeture temporaire…

B.P.

— 

Le véhicule s'est arrêté à proximité de l'école Pierre-et-Marie-Curie de Besançon, où se trouvent deux bureaux de vote ce dimanche.
Le véhicule s'est arrêté à proximité de l'école Pierre-et-Marie-Curie de Besançon, où se trouvent deux bureaux de vote ce dimanche. — Capture d'écran / Google Street View.

La drôle d’arrivée d’une grosse voiture noire a déclenché un petit moment de panique dans le quartier de Palente à Besançon ce dimanche matin. Après avoir pilé tout près d’un bureau de vote vers 11 h, les deux occupants du véhicule ont en fait pris la tangente en laissant le moteur allumé, d’après le récit de L’Est républicain.

Une intervention des policiers et des démineurs avant la réouverture

Si bien que les deux bureaux de vote du premier tour de l’élection présidentielle à proximité ont dû être fermés, afin de laisser les policiers puis les démineurs intervenir. A l’intérieur de la voiture, les autorités ont juste retrouvé un fusil à pompe, avant de lever le bouclage du coin un peu petit peu après.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Présidentielle 2017. 28,54% de participation à midi, un chiffre stable par rapport à 2012

D’après le préfet du Doubs cité par nos confrères, il ne s’agirait en rien d’une tentative d’attentat mais d’une autre affaire de faits divers. Après la venue du maire, les deux bureaux de vote ont finalement pu ouvrir de nouveau vers 11 h 30, avec une nouvelle entrée.

Voiture suspecte à Saint-Omer

A Saint-Omer, raconte la Voix du Nord, c’est une patrouille de police qui a repéré un véhicule suspect aux abords d’un bureau de vote. Les démineurs sont brièvement intervenus pour sécuriser le périmètre pendant deux heures, sans rien trouver d’alarmant. Le scrutin a fini par reprendre normalement.

En Alsace, les démineurs sont intervenus à Haguenau. Selon les Dernières Nouvelles d’Alsace, c’est une glacière posée à proximité d’un bureau de vote qui a alerté les forces de l’ordre. L’objet s’est finalement révélé vide. Enfin, Le Parisien indique qu’un bureau de vote du XXe arrondissement a fermé « 15 à 20 minutes », en raison d’une voiture suspecte. L’alerte a finalement été levée.