VIDEO. Strasbourg: Un sport qui mêle aviron et fitness pour éviter de ramer cet été

BIEN-ETRE Exit la zumba et ses déclinaisons, la tendance est à l’AviFit pour garder la forme…

Alexia Ighirri

— 

VIDEO. Strasbourg: Un sport qui mêle aviron et fitness, pour être affûté en maillot cet été. (Illustration)
VIDEO. Strasbourg: Un sport qui mêle aviron et fitness, pour être affûté en maillot cet été. (Illustration) — https://www.facebook.com/pg/Avi-fit-strasbourg-700486793314834/photos/

Si comme nous, l’arrivée des beaux jours vous fait dire que votre corps n’est pas tout à fait prêt pour cet été, sachez qu’on a sans doute une solution. Surtout si vous trouvez la simple séance d’abdos-fessiers trop barbante, l’heure de zumba trop récréative et le passage au crossfit trop rude.

La pratique qui commence à faire des remous un peu partout en France, c’est l’AviFit. « Avi » pour « aviron » et « fit » pour « fitness ». Prévue à la base pour que les rameurs puissent s’entraîner l’hiver, cette discipline indoor se veut être un entraînement ludique en musique sur ergomètre, durant lequel on reproduit les gestes techniques de l’aviron pour muscler tout le corps. Les quarante minutes d’exercices permettent aussi de travailler sa posture et son cardio.

Des séances pour le grand public

Boostée par la Fédération française d’aviron, la discipline est proposée dans plusieurs clubs de la région, à leurs licenciés notamment. Mais elle a vocation à s’ouvrir au public extérieur. C’est dans cette optique que l’ Aviron Strasbourg 1881 va programmer, à partir du 8 mai, des séances ouvertes au grand public les mardis et vendredis midis.

« C’est de l’aviron sans les contraintes pour les phobiques de l’eau, les personnes en surpoids ou ayant des problèmes de dos. Et sans avoir à nettoyer le bateau ! », liste le coach Jean-François Hamel, diplôme AviFit par la fédération.

>> Même les militaires ont succombé à la tendance AviFit

C’est lui qui est en charge des cours à l’Aviron Strasbourg 1881. Ses élèves se positionnent autour de lui et répètent à leur rythme les mouvements, dans une salle spécialement aménagée au dernier étage des locaux du club, rue du Général Uhrich près des institutions européennes. « Mais rien ne nous empêche de sortir les appareils pour les installer sur la plateforme près de l’eau s’il fait beau », souligne Jean-François Hamel. Histoire de ramer et regarder les avirons passer.