Strasbourg: Voilà d’où viennent les bornes de recharges électriques pour votre voiture

MOBILITE Fondée en 2010, la start-up alsacienne Freshmile est depuis deux ans en train de faire sa place parmi les leaders du marché de la recharge de véhicules électriques, comme à Strasbourg, où elle exploite la dizaine de bornes…

Bruno Poussard

— 

D'abord en expérimentation, la borne de rechargement située devant son siège d'Entzheim a été la toute première installée par Freshmile.
D'abord en expérimentation, la borne de rechargement située devant son siège d'Entzheim a été la toute première installée par Freshmile. — B. Poussard / 20 Minutes.

De ses petits locaux d’Entzheim, derrière l’aéroport de Strasbourg, Freshmile est en train de se faire un sacré petit nom sur le marché de la recharge de véhicules électriques. En pleine croissance, la start-up alsacienne qui n’en est plus vraiment une aura bientôt l’exploitation de près 1.700 points de rechargement électrique aux quatre coins de la France.

>> A lire aussi : Alsace: C’est quoi cette «nouvelle expérience de mobilité électrique» d’Alstom NTL?

Et c’est en Alsace, ou presque, que tout a commencé, dès 2010. Fondé par un ancien banquier d’affaires passé par le conseil dans les énergies renouvelables, l’opérateur qui fournit un accès numérique aux utilisateurs a exploité en 2014 ses premiers points de charge à Molsheim, Metz et Strasbourg (où se trouvent une dizaine de bornes Crome).

De dix points de charge fin 2014 à près de 1.700 signés aujourd’hui

Depuis, sa croissance est exponentielle. De dix points de charge exploités fin 2014, Freshmile est passé à 100 fin 2015, puis 1.000 fin 2016, pour plus de 1.600 points désormais signés. Entre les deux, début 2016, la société a vu l’entrée de la Caisse des dépôts (soit l’Etat, néanmoins minoritaire avec 38 %) à son capital. Tout sauf un hasard.

Président de Freshmile, Arnaud Mora est un ancien banquier d'affaires également passé par le conseil aux entreprises dans le développement durable.
Président de Freshmile, Arnaud Mora est un ancien banquier d'affaires également passé par le conseil aux entreprises dans le développement durable. - B. Poussard / 20 Minutes.

« Du jour au lendemain, personne ne s’est plus posé la question de notre crédibilité, en 2016, on a ainsi remporté 20 % des appels d’offres publics en France », illustre le président, Arnaud Mora, qui travaille notamment avec de nombreux départements. Egalement destiné aux entreprises ou aux copropriétés, le marché est en plein boom.

Logiciels et applications pour faciliter la vie des utilisateurs

Face à de gros acteurs industriels, Freshmile a fait sa place avec ses logiciels et applications destinés à faciliter l’utilisation des bornes, fabriquées par les entreprises Hager ou Schneider. « Ils se sont rendu compte qu’il manquait un chaînon », insiste Denis Rezé, président du pôle de compétitivité du véhicule du futur, basé à Mulhouse.

>> A lire aussi : Strasbourg: Vers une navette sans chauffeur entre la France et l'Allemagne?

Aux côtés de développeurs derrière l’interface numérique, la société prestataire de services compte justement, parmi sa quinzaine de salariés, une équipe chargée depuis Entzheim de l’exploitation, à travers une plateforme d’appel pour les clients. C’est en ce sens que Freshmile se veut un pionnier parmi les opérateurs de la recharge électrique.

A Entzheim, les salariés de Freshmile gèrent, en plus du développement de l'interface numérique, les services, notamment téléphoniques, à destination des usagers des bornes.
A Entzheim, les salariés de Freshmile gèrent, en plus du développement de l'interface numérique, les services, notamment téléphoniques, à destination des usagers des bornes. - B. Poussard / 20 Minutes.

La question des bornes de rechargement en discussion à Strasbourg

En accueillant du 19 au 22 juin le 12e Congrès des systèmes de transports intelligents, Strasbourg et sa dizaine de bornes à destination des utilisateurs de voitures électriques désormais un brin dépassées compte bien se pencher plus profondément sur la question. D’autant qu’après les normes, le cadre légal a évolué ces dernières années.

« C’est choquant de voir le parc automobile monstrueux quasiment inutilisé le week-end, on cherche des solutions pour le partage des véhicules », reconnaît ainsi Robert Herrmann, le président de l’Eurométropole. Avec Freshmile, l’Eurométropole peut en tout cas compter sur un acteur local de poids, à ce sujet.