Strasbourg: Bientôt des sondages dans les cendriers pour que les mégots ne soient plus jetés

ENVIRONNEMENT Dans le cadre d'un service civique, une Strasbourgeoise souhaite notamment installer des cendriers sous la forme de dispositifs de sondage pour inciter indirectement les fumeurs à jeter leurs mégots sans polluer...

Bruno Poussard

— 

Le cendrier en forme de sondage est un moyen d'encourager les fumeurs à jeter leurs mégots proprement.
Le cendrier en forme de sondage est un moyen d'encourager les fumeurs à jeter leurs mégots proprement. — Mathilde Boudard / Pose Clope.

En l’espace d’une seule petite heure de test, la question a intrigué de nombreux fumeurs sur le campus strasbourgeois il y a quelques semaines. Car au moment de jeter le mégot de leur cigarette, ces étudiants ont été obligés de réfléchir devant un curieux cendrier-sondeur : « Préférez-vous John Snow, Tyron Lannister ou Bob L’éponge ? »

>> A lire aussi : Jet de mégots à Paris: Déjà 800 contraventions dressées en quatre mois

Cachée, Mathilde Boudard a vite vu l’intérêt de son installation confirmée : « J’ai même observé des gens prendre des mégots d’un cendrier pour les mettre dans le dispositif de vote ! » Par ce cendrier-sondeur qu’elle n’a pas inventé mais qu’elle compte répandre, elle veut sournoisement pousser les fumeurs à ne plus jeter leurs mégots par terre.

« Le déchet le plus jeté au monde, 30 milliards de mégots par an en France »

C’est l’idée de ce qu’on appelle dans le jargon un nudge, soit un moyen doux et ludique de changer les comportements. Ancienne étudiante en psychologie puis en éthologie (l’étude du comportement animal et humain) de 24 ans, Mathilde Boudard l’a découvert en fin d’études, avec une volonté claire de l’utiliser sur l’impact environnemental.

Mathilde Boudard a notamment étudié l'étude des comportements, qu'elle espère en partie changer avec ses
Mathilde Boudard a notamment étudié l'étude des comportements, qu'elle espère en partie changer avec ses - B. Poussard / 20 Minutes.

« Je voyais depuis longtemps beaucoup de déchets, mais des mégots, il y en a vraiment partout ! », enchaîne la jeune femme, originaire de Haute-Marne. Après de plus longues recherches, l’argumentaire est désormais rodé :

« C’est le déchet le plus jeté au monde ! Rien qu’en France, 30 milliards de mégots sont jetés chaque année. Et ça met en fait douze ans à se dégrader, avec des substances chimiques comme l’arsenic et le mercure qui polluent notamment les eaux et les sols. »

Un projet soumis aux votes du concours La Fabrique jusqu’au 11 avril

A travers le programme « rêve et réalise » de l’association Unis-Cité, Mathilde Boudard s’est finalement lancée en novembre. En service civique, elle profite jusqu’en juin de conseils, formations et accompagnement dignes d’un petit incubateur de start-up. Elle attend maintenant d’installer plus sérieusement un cendrier-sondeur quelque part.

>> A lire aussi : Bretagne: Les mégots de cigarettes bientôt transformés en cendriers

Déjà, quelques exemples existent à Londres, en banlieue parisienne ou à Biarritz, où se trouve celui qu’elle voit comme son futur fournisseur. Mais à 300 euros l’exemplaire, reste à cette passionnée de photo animalière à trouver des financements. Le concours de La Fabrique Aviva auquel elle participe jusqu’au 11 avril pourrait être un début.

Bientôt un cendrier-sondeur testé à Strasbourg au mois de mai ?

Débordante d’idées pour changer les comportements non-respectueux de l’environnement, Mathilde Boudard pourrait réaliser une longue phase d’essai dans le centre de Strasbourg dès mai.

« Pourquoi pas à Homme de Fer, où il y a beaucoup de mégots et où c’est visible ? », s’interroge-t-elle. Les discussions sont engagées avec la municipalité.

Des traces de pas vers le cendrier au sol et des mégots recyclés ?

Le cendrier-sondeur pourrait, entre autres, être accompagné de traces de pas, au sol, pour rendre le dispositif encore plus visible. Celle qui se voit dans le futur éco-conseillère se camouflerait, elle, pour observer et mesurer - avant son installation, un mois, puis trois mois après - son efficacité sur le nombre de mégots jetés au sol par les fumeurs.

Avec ce cendrier rigolo, la conceptrice du projet compte installer des pas au sol pour le faire remarquer.
Avec ce cendrier rigolo, la conceptrice du projet compte installer des pas au sol pour le faire remarquer. - Mathilde Boudard / Pose Clope.

Et ces mégots, la Strasbourgeoise aimerait les faire recycler, ce qu’une entreprise française réalise déjà en Lozère, au nord de Montpellier. « Mais ce n’est pas rentable, à l’heure actuelle, il faut payer pour les recycler », regrette-t-elle Tout juste à ses débuts, Mathilde Boudard aimerait en tout cas participer à changer ces comportements.