Strasbourg: Après le recours rejeté d'Alsace Nature, où en est rendu le projet autoroutier du GCO ?

JUSTICE Après l’audience du 16 mars, le tribunal administratif de Strasbourg a rejeté ce mercredi le recours d’Alsace Nature à l’encontre du contrat de concession du projet de Grand contournement Ouest (GCO). On fait le point...

Bruno Poussard

— 

Une action de mobilisation de militants opposés au projet de GCO, début 2016. Illustration
Une action de mobilisation de militants opposés au projet de GCO, début 2016. Illustration — G. Varela / 20 Minutes

Mais au fait, le Grand contournement Ouest, le fameux GCO, c’est pour quand ? Cette autoroute va vraiment se faire, alors ? Vous vous êtes peut-être encore posé la question récemment. Il y a six jours, les archéologues ont révélé la découverte d’os de mammouths sous le tracé de ce projet contesté, pendant leurs sondages.

>> A lire aussi : Alsace: L'opposition au projet autoroutier GCO va-t-elle donner naissance à une ZAD?

Malgré la fronde de municipalités et d’associations concernées, le planning suit plutôt son cours, jusqu’à présent. Après la signature du contrat de concession entre l’Etat et Vinci début 2016, le chantier de repérage a donc débuté en septembre. Sur le papier, les travaux doivent être lancés début 2018, avant la mise en service espérée en 2020.

Un premier recours d’Alsace Nature rejeté ce mercredi

Mais plusieurs opposants ont décidé de lancer des actions afin, a minima, de ralentir les avancées de ce projet d’axe payant visant à désengorger l’A35 des nombreux poids lourds, entre autres. Déposé en juillet 2016 et examiné le 16 mars, un recours de l’association Alsace Nature a été rejeté ce mercredi, selon plusieurs de nos confrères.

Visant la validité du contrat jugé trop éloigné de l’enquête et du projet dit « d’utilité publique » datant de 2006 et 2008, les militants n’ont donc pas été entendus par les juges du tribunal administratif. Après l’audience, les représentants d’Alsace Nature avaient déjà regretté l’absence de débat sur plusieurs interrogations soulevées.

Grand hamster et espèces protégées parmi les autres arguments

Ils ne perdent donc pas l’idée de lancer de nouvelles actions. A propos de l’exposé du rapporteur public indépendant à l’audience mi-mars, voilà ce que confiait à 20 Minutes mardi le directeur Stéphane Giraud : « Il a reconnu la complexité de ce dossier et le débat utile autour. Quand il dit que le projet est contesté et contestable, ce n’est pas rien. »

>> A lire aussi : Strasbourg : Une dessinatrice originaire de Kolbsheim réalise une BD contre le GCO

La bataille judiciaire pourrait donc durer. Alsace Nature a encore des questions et des arguments dans sa besace, entre la protection du grand hamster d’Alsace et d’autres espèces protégées, l’impact écologique des actuels travaux en amont, ou la modulation prévue des prix des péages en fonction de la fréquentation de l’A35.

Une bataille judiciaire en cours en France et en Europe

Auprès de la Banque européenne d’investissement et de la commission, trois plaintes au niveau de l’Union européenne ont également été déposées, sur des questions d’environnement, d’habitat et de biodiversité. Comme deux autres recours, en France, à l’encontre d’arrêtés concernant les travaux préparatoires.

>> A lire aussi : Alsace: La feuille de route du Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg

« Vinci dit que le GCO se fera à partir du début de l’année prochaine, mais ils ont encore une course de haies à passer », terminait enfin mardi le directeur d’Alsace Nature, membre du groupement GCO non merci. Contacté par l’intermédiaire de son avocate, le concessionnaire ne nous a pas répondu, mardi.