Strasbourg: Le premier chantier français de géothermie profonde en ville a débuté, en attendant électricité et chaleur

ENERGIES RENOUVELABLES Le premier chantier français de géothermie profonde en milieu urbain a été lancé en janvier au nord de Strasbourg. D’ici deux ans, il pourra fournir à la fois électricité et chauffage. Une première…

Bruno Poussard

— 

La plateforme depuis laquelle débuteront les premiers forages sur le site de Reichstett à partir, normalement, du mois de juin 2017.
La plateforme depuis laquelle débuteront les premiers forages sur le site de Reichstett à partir, normalement, du mois de juin 2017. — B. Poussard / 20 Minutes.

La démolition de l’ancienne raffinerie de Reichstett n’est pas encore terminée. Mais ici, au nord de Strasbourg, le premier chantier de géothermie profonde de France en milieu urbain a déjà démarré, en janvier. Sur le site du futur EcoParc rhénan, une eau de 185° puisée à 4.500 mètres sous terre permettra à la fois de produire de l’électricité et d’alimenter un réseau de chaleur.

>> A lire aussi : Strasbourg: Ils font tomber les cheminées de la raffinerie de Reichstett

En attendant de lancer les forages en juin, la plateforme est déjà visible. D’ici deux ans, l’eau chaude souterraine remontée devrait permettre de produire les premières énergies électriques. Pour le chauffage, en revanche, il faudra encore attendre le raccordement (en tuyaux, plus long qu’avec des câbles électriques) à un réseau existant pour le nord de l’Eurométropole.

L'ancienne raffinerie de Reichstett est en pleine démolition. Il s'agit du plus grand chantier de dépollution de France.
L'ancienne raffinerie de Reichstett est en pleine démolition. Il s'agit du plus grand chantier de dépollution de France. - B. Poussard / 20 Minutes.

Pour chauffer des habitations, des bureaux et des serres agricoles

Et les lieux de vie, habitations ou autres bureaux, ne seront pas forcément les seuls impactés. Car cette centrale de cogénération, également une première dans l’hexagone, pourra aussi alimenter des serres agricoles avec l’énergie à 30° issue du refroidissement électrique, une autre nouveauté. A l’heure du lancement des travaux, les discussions sur ces débouchés sont en cours.

>> A lire aussi : L'Islande, source d'inspiration sérieuse pour l'Alsace à l'heure de développer la géothermie

« A long terme, la géothermie permettra d’amener une régularité sur les prix », insiste le directeur de Fonroche, Jean-Philippe Soulé. Engagée dans les énergies renouvelables depuis moins d’une dizaine d’années, son entreprise a investi ici 70.000 euros pour trois ans de travaux, comme à Eckbolsheim qui devra de son côté alimenter le quartier de Hautepierre en chauffage.

Jean-Philippe Soulé, directeur de Fonroche, et Alain Jund, vice-président de l'Eurométropole en charge de l'écologie.
Jean-Philippe Soulé, directeur de Fonroche, et Alain Jund, vice-président de l'Eurométropole en charge de l'écologie. - B. Poussard / 20 Minutes.

« Fournir de l’énergie pendant plus de 50 ans »

« Il s’agit d’un investissement pour fournir de l’énergie pendant plus de 50 ans, et les coûts d’exploitation, ensuite, sont faibles », insiste encore Jean-Philippe Soulé. Si les ouvriers sont sûrs de la température des eaux souterraines qu’ils trouveront en creusant, le débit reste pour l’heure incertain, et pourrait demander de réaliser plusieurs racines au forage pour jouer sur la pression.

Au total, ce sont 70 personnes qui vont ainsi pendant des mois s’affairer autour de la machine destinée à ces travaux en profondeur, attendue de Baden-Baden. En disposant des cylindres métalliques à l’intérieur desquels elle creusera, la protection est en tout cas largement anticipée, après de nombreuses réunions d’information dédiées à informer et rassurer les riverains.

A proximité de Reichstett, le site de l'ancienne raffinerie va accueillir d'ici 2020 le futur EcoParc rhénan.
A proximité de Reichstett, le site de l'ancienne raffinerie va accueillir d'ici 2020 le futur EcoParc rhénan. - B. Poussard / 20 Minutes.

Sur l’ancienne raffinerie, plus grand site de dépollution de France

Situé sur le plus gros site de dépollution de France, « après 50 ans de pétrole » dixit Alain Jund, adjoint écologiste à la mairie de Strasbourg, le chantier a enfin une valeur très « symbolique » pour la transition énergétique en Alsace. De 14 % d’énergies renouvelables utilisées en 2014, l’Eurométropole de Strasbourg vise désormais les 20 % d’ici 2020.

>> A lire aussi : Strasbourg: Les travaux de dépollution sur le site de l'ancienne raffinerie de Reichstett vont pouvoir commencer

Outre les 50.000m2 de panneaux photovoltaïques et les trois centrales biomasses de la ville, elle compte ainsi également sur trois sites de géothermie (avec le dernier à Illkirch) dans cette idée. « Locale et disponible tout le temps, cette énergie permettra encore de nouvelles avancées », rebondit le vice-président en charge de l’écologie Alain Jund. Une fois installé, l’EcoParc pourra aussi en profiter. A domicile.