Strasbourg: A 13 ans, auteur surdoué, il sort déjà le deuxième tome de son recueil de contes

LITTERATURE Tunisien aux origines kurdes vivant à Strasbourg depuis moins d’un an, Amir Fehri vient de sortir début mars le deuxième tome de ses contes de Meer. Mais l’écriture reste pour ce jeune surdoué une simple passion…

Bruno Poussard

— 

Amir Fehri et le deuxième tome de ses contes de Meer (Edilivre), accessibles en ligne depuis le début du mois de mars.
Amir Fehri et le deuxième tome de ses contes de Meer (Edilivre), accessibles en ligne depuis le début du mois de mars. — B. Poussard / 20 Minutes.

A nos yeux, la sortie d’un premier livre à 12 ans a quelque chose d’un peu exceptionnel. Pour Amir Fehri pourtant, la publication du deuxième tome de ses contes de Meer un an plus tard paraît tout à fait normale. « J’aime bien montrer que si on veut, on peut toujours atteindre nos objectifs », clame calmement cet élève du collège Fustel de Coulanges.

A l’écouter, difficile d’entendre un enfant de 13 ans. Si ses mots sont parfois ceux d’un jeune adulte, sa simplicité a néanmoins quelque chose d’adolescent. Comme lorsqu'Amir Fehri explique écrire tout juste 15 minutes par jour, musique à fond dans les oreilles. Ou que la sortie de ses deux premiers ouvrages n’avait pour lui rien de programmé.

« J’aime me comparer aux autres »

Tunisien aux origines kurdes débarqué à Strasbourg avec ses parents voilà moins d’un an, il met plutôt en avant son esprit de compétiteur. Vainqueur à deux reprises d’un concours national de mathématiques, Amir Fehri avoue courir prix et honneurs : « J’aime me comparer aux autres et puis recevoir les critiques de gens aux avis éclairés. »

>> A lire aussi : Avec une borne en médiathèque, Strasbourg se met à la location de livres numériques

« Au départ, les contes étaient donc plutôt destinés à des concours, poursuit-il. Mais être primé à plusieurs reprises m’a donné du courage pour les présenter à un éditeur. » En partie écrits dès ses neuf ans, voilà donc les premiers recueils de contes de ce collégien aujourd’hui en troisième - avec deux ans d’avance - désormais accessibles.

Amener le lecteur en balade et faire passer des messages heureux

Habitué aux lectures de contes de sa maman, Amir Fehri s’est d’abord mis à gratter quelques mots puis une histoire sur un monde d’animaux. Depuis, ce sont les aventures imaginaires de planète en planète et de rencontres en rencontres de Martin Oisillon que le jeune auteur raconte dans ses ouvrages afin d’amener son lecteur en balade.

Amir Fehri publie déjà son deuxième livre à 13 ans et demi.
Amir Fehri publie déjà son deuxième livre à 13 ans et demi. - B. Poussard / 20 Minutes.

Il s’explique : « Avec ça, je peux faire passer beaucoup de choses, toucher les gens, les encourager à changer les choses. C’est pour ça que les fins sont toujours heureuses. » De quoi imaginer, au passage, la maturité intellectuelle d’Amir Fehri… Que l’on est tenté de comparer à son héros, devenu plus « adulte » et « sérieux » dans le deuxième tome.

Le héros de ses contes un petit peu à son image

« Il est aussi confronté à des situations plus critiques », ajoute enfin l’adolescent. Dans certains établissements scolaires, tout n’a pas non plus été toujours facile pour Amir Fehri. Mais le jeune surdoué explique aujourd’hui avoir trouvé le juste milieu, au prix de certains efforts : « J’ai toujours des amis de mon âge. Je profite aussi de mon enfance. »

Dès sa tendre enfance, sa mère explique avoir remarqué ses capacités extraordinaires, notamment de mémorisation : « A trois ans, quand je disais des mots en kurde, il les retenait quasiment tout de suite. » Amir Ferhi a donc facilement appris l’arabe, le kurde et le français. Sans blaguer, il poursuit : « Je suis un amoureux de la langue de Voltaire. »

Des plateaux télé jusqu’au Kurdistan irakien

Déjà chouchou de quelques médias jusqu’aux plateaux de télévision du Kurdistan irakien où sa mère retourne souvent avec lui, le garçon se verrait bien ambassadeur de la francophonie. Il aime en tout cas raconter son histoire. « Je veux en profiter pour donner mon idée sur le monde, et transmettre un message de paix », justifie-t-il.

>> A lire aussi : Strasbourg: Quels sont les livres les plus appréciés des Strasbourgeois?

C’est aussi pour cela qu’il aime présenter ses contes, devant des classes strasbourgeoises, par exemple. Sans se trouver mal à l’aise face à des élèves de son âge. Car Amir Fehri ne compte pas s’arrêter là. Déjà écrits, les histoires du troisième tome sont les premières au programme de publication, en attendant un roman.

Un avenir plutôt espéré dans le domaine scientifique

Voulu plus réalise, un livre est donc lui aussi déjà dans les cartons du jeune auteur, passé par l’école tunisienne classique puis l'école française de Tunis avant son arrivée en Alsace. Un gros éditeur est désormais en attente d’en voir plus. Mais celui qui est aussi nageur à ses heures perdues ne compte pas faire de la littérature un métier.

Tunisien d'origine notamment kurde, Amir Fehri est arrivé en France et à Strasbourg en 2016.
Tunisien d'origine notamment kurde, Amir Fehri est arrivé en France et à Strasbourg en 2016. - B. Poussard / 20 Minutes.

Sur les traces de son père, docteur en pharmacie auprès de l'Organisation mondiale de la santé, le garçon se voit plutôt dans le domaine scientifique et pourquoi pas médical. « Mais j’ai encore du temps pour y réfléchir, termine-t-il. Je sais juste que je ferai un bac S. » Le glorieux lycée Henri IV à Paris semble lui tendre les bras. D’ici-là, il y a le brevet.