Strasbourg: Quand le numérique s'invite aux Rencontres de l'Illustration

CULTURE Les Rencontres de l’illustration de Strasbourg vont permettre d’aborder les productions numériques, qui pointent leur nez pour cette deuxième édition…

Gilles Varela
— 
Au musée Tomi Ungerer. Strasbourg le 28 février 2017.
Au musée Tomi Ungerer. Strasbourg le 28 février 2017. — G. Varela / 20 Minutes

Pour leur deuxième édition, les Rencontres de l’illustration s’appuient à nouveau sur la riche tradition alsacienne de l’illustration à travers des œuvres de Tomi Ungerer ou bien encore des anciens élèves de la Haute école des arts du Rhin (HEAR). Elles bénéficient aussi et surtout des collections des musées de Strasbourg, des médiathèques, et du partenariat avec le festival Central Vapeur.

>> A lire aussi : Culture: Un concert dessiné, c’est quoi? Exemple avec deux artistes formés en Alsace

La création contemporaine

Les événements et les expositions qui vont ponctuer pendant une dizaine de jours ces rencontres vont également faire la part belle aux jeunes talents émergents et ancrer ainsi cette manifestation dans la création contemporaine, illustrée par l’introduction du numérique. Et le ton sera donné dès le jour de l’inauguration officielle, le 23 mars, au Shadok, qui s’est nouvellement associé au Rencontres de l’illustation. La fabrique du numérique propose, avant un « concert illustré » par Matthias Picard sur sa palette graphique et le groupe Slaap, une rencontre avec Ludus Académie, sur les jeux vidéo. Auteurs, illustrateurs, musiciens, développeurs vont pouvoir échanger autour du développement des jeux vidéo en vue de la Game Jam en avril, (un marathon de 48 heures pour prototyper en équipe un jeu vidéo. »

Si le numérique marque indéniablement les nouvelles générations d’illustrateurs et offre de nouvelles débouchées professionnelles, à la HEAR, son utilisation n’est qu’un outil parmi d’autres. « La part du numérique est croissante, sans être centrale comme l’est la sérigraphie ou l’atelier livre, mais on constate, depuis des années, une augmentation des propositions numériques des étudiants, explique David Cascaro, son directeur. La majorité des étudiants passent par là et cela ouvre des manières de travailler, notamment le tactile ».

Tactile, les Rencontres le seront également. Entre ateliers et découvertes inédites des plus grands illustrateurs, il sera possible, grâce au Projet Héraclite de l’invité d’honneur Jochen Gerner, de s’emparer de feutres et de crayons pour composer soi-même une œuvre… mais loin des tablettes et des logiciels d’illustration.