Strasbourg: Cette famille se bat pour faire des économies d'énergie et elle s'amuse

ENVIRONNEMENT Au milieu de 150 autres foyers strasbourgeois engagés, la famille Hosy a décidé de s’amuser à réduire ses dépenses énergétiques cet hiver à Cronenbourg. Et ça commence à payer…

Bruno Poussard

— 

Christian et Géraldine Hosy ont découvert le défi  familles à énergie positive il y a quelques mois. Ils ont décidé de foncer au mois de décembre.
Christian et Géraldine Hosy ont découvert le défi familles à énergie positive il y a quelques mois. Ils ont décidé de foncer au mois de décembre. — B. Poussard / 20 Minutes.

Dans cette petite rue de Cronenbourg, il règne comme un parfum écolo. Pour faire des économies (mais pas seulement d’énergie), plusieurs voisins se sont lancé un défi cet hiver. Et chez les Hosy, le jeu est pris avec sérieux depuis l’inscription de leur équipe de quartier au quatrième challenge des « familles à énergie positive » à Strasbourg.

Début décembre, Christian et Géraldine ont commencé par nettoyer leurs radiateurs ou ampoules, vérifier les joints de leurs fenêtres, isoler leurs tuyaux d’eau chaude ou encore détartrer leur lave-linge. Depuis, le couple et ses deux ados surveillent les lumières à éteindre, les chargeurs à débrancher ou les plaques de cuisson à couper plus tôt.

>> A lire aussi : ChasseOgaspi, le serious game qui apprend aux enfants à faire des économies d'énergie

Des idées pour limiter la durée des douches

« On essaye aussi de limiter la durée des douches, embraye encore la maman. On a même eu l’idée d’un minuteur ou d’une chanson pour la marquer. » Mais pas question de tomber dans l’extrémisme. Le challenge reste un jeu. Proposés et détaillés en amont, ces éco-gestes font en tout cas partie d’une liste d’engagements fixés par la famille.

Certains sont très occasionnels, d’autres quotidiens. La vaste documentation du défi, géré ici par la Chambre de consommation d’Alsace et Alter Alsace énergie, offre des idées. « Et si on veut dépasser les réflexes de base, il en reste plein d’autres », illustre Fritz Fernandez de la première asso et ouvert aux retours de nouvelles idées.

A l'entrée de la cuisine, la famille Hosy a affiché les éco-gestes auxquels elle a décidé de se mettre à penser.
A l'entrée de la cuisine, la famille Hosy a affiché les éco-gestes auxquels elle a décidé de se mettre à penser. - B. Poussard / 20 Minutes.

Des engagements de la famille parmi les éco-gestes proposés 

Entre un chargé de mission bioversité chez France nature environnement et une formatrice juridique notamment dans l’environnement, les Hosy étaient eux déjà sensibilisés. « Mais on se demandait ce qu’on pouvait faire de plus, rebondit le papa. Certains ont parfois peu d’informations, mais chacun peut s’investir comme il a envie. »

>> A lire aussi : Comment réussir à réduire ses consommations d'énergie?

Christian, Géraldine et leurs deux fils ont fait des découvertes économiques, comme une chasse d’eau mal préréglée ou les robinets à remettre en position froide après utilisation. Ils pourraient aussi couper leur box Internet, la nuit. « Le mieux reste en tout cas de commencer jeune pour avoir les réflexes », insiste Géraldine Hosy.

Un logiciel pour entrer et comparer sa consommation

Après la découverte du lancement du défi à l’échelle de l’Eurométropole, la mère de famille a vite décidé de former une équipe en proposant à ses voisins. L’occasion de créer des liens. Aux six premiers foyers sont venus s’ajouter quatre autres, de Cronenbourg et Oberhausbergen. Les réunions leur permettent depuis d’échanger des idées.

Chaque semaine, ils ont aussi institué le relevé de leur consommation d’électricité, de gaz, d’eau, de fioul et, dans leur cas, de bois. A travers un logiciel, un algorithme permet ensuite de voir, sur une courbe, l’évolution, avec un élément de comparaison sur l’hiver dernier. « Quand on observe la différence, ça fait réfléchir », reprend Christian Hosy.

>> A lire aussi : Comment moins gaspiller et limiter ses déchets

Des réunions entre équipes pour échanger de nouveaux tuyaux

Capitaine de son équipe autoconstituée, Catherine Hosy dispose d’un droit de regard sur les courbes des autres membres, pour vérifier, conseiller ou mobiliser. Si besoin, les référents du défi offrent ensuite l’aide nécessaire. « L’essentiel, c’est que les gens aient envie d’expérimenter, en gardant du plaisir », clarifie Fritz Fernandez, l’un d’eux.

Le portail en ligne permet à chaque foyer participant de voir l'évolution de sa consommation.
Le portail en ligne permet à chaque foyer participant de voir l'évolution de sa consommation. - B. Poussard / 20 Minutes.

Mené avec l’Eurométropole pour la deuxième année consécutive seulement, le dispositif s’élargit en tout cas doucement. « On a dépassé le cadre des militants, défend le référent de la Chambre de consommation d'Alsace. On a des assos de quartier du Neuhof par exemple, ainsi qu’un club de karaté, ou même des salariés d’entreprises. »

Lancé le 1er décembre, les 151 foyers inscrits strasbourgeois rassemblés en une grosse vingtaine d’équipes ont donc jusqu’au 30 avril pour réduire leur consommation d’au moins 8 %. L’équipe de la famille Hosy, elle, n’est pas trop mal partie. Mais dans leur équipe, d’autres idées sont nées, entre compost collectif et consommation de bio