Affaire Fillon: Nadine Morano «ne réagit pas» à ses propos rapportés par «Le Canard enchaîné» sur le candidat Les Républicains

POLITIQUE Selon le journal satirique, l'eurodéputée n'est pas tendre avec François Fillon...

A.I.

— 

Affaire Fillon: Nadine Morano «ne réagit pas» aux propos rapportés par «Le Canard enchaîné». (Illustration)
Affaire Fillon: Nadine Morano «ne réagit pas» aux propos rapportés par «Le Canard enchaîné». (Illustration) — JACQUES WITT/SIPA

« Un cheval qui s’est brisé la jambe, il faut souvent l’abattre ». La phrase viserait François Fillon, candidat Les Républicains à la présidentielle au cœur d’une affaire concernant de présumés emplois fictifs, et aurait été prononcée par  Nadine Morano (LR) à en croire les indiscrétions rapportées dans Le Canard enchaîné ce mercredi.

Selon le journal satirique, Nadine Morano n’aurait pas été très tendre avec le candidat de son parti. Lors d’une discussion avec Eric Woerth et Eric Ciotti à la buvette de l’Assemblée nationale, elle aurait affirmé : « Fillon, il est en train de transformer notre parti en secte du Temple solaire », une référence au suicide collectif des membres de cette secte.

Eric Woerth aurait alors immédiatement conseillé François Fillon de prendre contact avec Nadine Morano, parce que « pour l’instant, elle n’a pas encore fait de sorties dans les médias, mais, si elle craque, ça va faire très mal », rapporte Le Canard enchaîné.

Mercredi après-midi, 20 Minutes a contacté l’eurodéputée pour commenter cette publication. Dans un début de rire ironique, sa réponse fuse : « Je ne réagis pas à ça ». La conversation téléphonique a été coupée au moment d’une question sur son soutien à François Fillon. Depuis, et malgré plusieurs tentatives, l’élue qui sortait d’une rencontre avec des jeunes Républicains est injoignable.

>> A lire aussi: Le temps où François Fillon regrettait que «le système politico-médiatique passe sur les affaires»

Médiatiquement, Nadine Morano n’a donc pas encore « fait de sorties ». Sur Twitter, en revanche, l’ancienne ministre partage des publications faisant la promotion de François Baroin, longtemps présenté comme un plan B en cas de retrait de François Fillon dans la course présidentielle. Faut-il y voir un signe ?